Publicité

Acidification et appauvrissement des sols forestiers: la Suisse cherche des solutions

Acidification et appauvrissement des sols forestiers: la Suisse cherche des solutions

Revoir les choix des essences forestières, tester le chaulage, sont des pistes envisagées par la Suisse pour remédier à l’acidification et à l’appauvrissement des sols en forêt.

 

L’acidification et l’appauvrissement des sols forestiers s’avèrent un phénomène quasi généralisé en Suisse. Face à ce constat, le Conseil fédéral helvétique a adopté, le 15 février 2017, un rapport qui explore les solutions possibles.

L’épandage de chaux est l’une d’elles. Des essais pilotes permettraient de tester le chaulage dans le pays.

Le Conseil, qui incarne le pouvoir exécutif, estime nécessaire de prendre des mesures sylvicoles, comme de limiter, dans les stations critiques, la récolte des arbres entiers avec branches et rameaux, « afin de diminuer l’exportation d’éléments nutritifs de la forêt ».

Une autre piste réside dans les essences à enracinement profond, dans lequel peuvent cheminer les nutriments. Sont aussi cités les feuillus qui, plus que les résineux, forment « une litière facilement dégradable ».

Quant à l’épandage de cendres de bois, il peut apporter aux arbres des éléments nutritifs. Mais, les cendres, même issues de bois non traité, sont susceptibles de contenir des métaux lourds. À moins qu’elles ne fassent l’objet d’un prétraitement.

Plus globalement, la réduction à la source des émissions d’azote ressort comme « une priorité absolue », bien qu’insuffisante à elle seule. Les apports atmosphériques azotés sont imputés en premier lieu à l’agriculture (66 %), puis au transport (22 %).

Lorsqu’ils excèdent la capacité tampon du milieu naturel, les dépôts azotés conduisent à la perte de minéraux dans les sols qui s’acidifient et s’appauvrissent. En conséquence, les arbres carencés tendent à perdre leurs feuilles ou leurs aiguilles par défoliation, à connaître des retards de croissance et une moindre résistance aux maladies, aux sécheresses ou aux tempêtes.

La rédaction/Forestopic

Publicité

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. En naviguant sur ce site, vous acceptez leur utilisation. J’ai compris En savoir plus.