Publicité

Un fonds se crée dans le Limousin pour pérenniser la forêt

Plantation symbolique du premier arbre lors du lancement du Fonds forestier en Limousin
Un fonds se crée dans le Limousin pour pérenniser la forêt

Le Fonds forestier en Limousin entre dans sa phase opérationnelle, quelques semaines après son lancement. Il entend contribuer à façonner la forêt de 2050.

 

Dans le Limousin, seul un hectare de forêt sur deux est reboisé, sur un total de quelque 3 000 ha de coupes par an. La forêt a besoin d’un coup de pouce pour se maintenir et continuer à jouer son rôle économique, environnemental, social.

Ce diagnostic a conduit le syndicat de propriétaires forestiers privés Fransylva Limousin à lancer, début 2017, le Fonds forestier en Limousin (région Nouvelle-Aquitaine). Le Fonds entre aujourd’hui dans sa phase opérationnelle.

Les entreprises répondent présentes

L’initiative vient de recevoir de premières promesses de dons de la part d’entreprises de la filière forêt-bois partenaires. Aux côtés de Fransylva Limousin, le fonds a pour membres fondateurs l’interprofession régionale BoisLim, le centre régional de la propriété forestière (CRPF), les Pépiniéristes du Limousin, le Syndicat des exploitants forestiers scieurs et industriels du Limousin (Sefsil), les Experts forestiers de France, aux côtés des entreprises International Paper et Panneaux de Corrèze (Isoroy).

Ces soutiens lui permettent de démarrer son activité. Une première sélection de projets sylvicoles à financer doit intervenir début avril.

Les entreprises répondent présentes. Le soutien des particuliers se montre encore timide, via la campagne en cours sur la plateforme de financement participatif Bulb in Town. Le président du fonds, Olivier Bertrand, y voit un paradoxe :

« Le grand public se montre très sensible dès que l’on coupe un arbre. Il paraît plus difficile de le mobiliser pour un projet de pérennisation de la forêt qui un est outil de protection de la nature et de création de matière première, qui peut servir l’industrialisation, la création de services, l’équilibre des territoires. »

Du propriétaire forestier au sylviculteur

Assurer le renouvellement de la forêt, encourager les propriétaires forestiers à devenir sylviculteurs le cas échéant, miser sur la production de bois d’œuvre, comptent parmi les principales orientations du Fonds. Son délégué, Grégory Le Roux, en décrit la démarche :

« Le Fonds forestier s’adresse aux sylviculteurs dont les coupes n’ont pas reçu de recettes suffisantes pour renouveler la forêt. Si un propriétaire dispose d’un taillis dépérissant ou qui n’a pas été entretenu, et qu’il n’est pas possible de l’améliorer, il est alors coupé à des fins de bois d’industrie, ce qui procure des revenus trop faibles pour financer de nouvelles plantations. Aider à replanter permet de s’orienter vers du bois de qualité en captant un maximum de carbone. Nous espérons qu’à terme la forêt n’ait plus besoin de soutien. »

Densités minimales, suivi pendant 5 ans

Le fonds apporte des aides directes ou des avances remboursables aux propriétaires privés du territoire. Les projets recevables consistent en des plantations ou des améliorations de peuplement forestier avec des essences autorisées. Ils s’appuient sur un document de gestion durable ou une certification forestière (PEFC, FSC…).

Le propriétaire bénéficiaire s’engage à des densités minimales de plantation d’arbres et à entretenir la forêt pendant au moins 5 ans. À charge pour lui de s’assurer contre les risques de type tempête ou incendie.

  À la plantation
(nombre de pieds/ha)
5 ans après
(nombre de pieds/ha)
Feuillus 1 600 1 200
Résineux 1 200 800

Densités minimales de plantation demandées par le Fonds forestier limousin


Si la parcelle génère des revenus grâce à la récolte de bois, les propriétaires soutenus doivent en réinvestir une partie dans la plantation. De plus, le cahier des charges précise :

« Toute plantation suivant une coupe ayant généré un revenu d’au moins 15 000 euros par hectare n’est pas éligible. »

Ce nouvel outil de financement local entend ainsi préparer la forêt de 2050 et au-delà. Quelque 140 000 propriétaires privés détiennent 95 % des forêts du Limousin. Celles-ci couvrent près de 600 000 hectares, dont deux tiers de feuillus et un tiers de résineux. Elles représentent de l’ordre de 11 000 emplois directs.

Chrystelle Carroy/Forestopic

Publicité

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. En naviguant sur ce site, vous acceptez leur utilisation. J’ai compris En savoir plus.