Publicité

Ikea peut-il se réconcilier avec les forêts françaises?

La France représente le troisième marché d’Ikea
Ikea peut-il se réconcilier avec les forêts françaises?

Le géant du meuble entend s’approvisionner en bois 100 % FSC ou recyclé d’ici à 2020. Ce n’est pas sans provoquer des crispations en France.

 

L’affaire est entendue pour Ikea. D’ici à 2020, le spécialiste du meuble ne s’approvisionnera qu’en bois et papiers-cartons certifiés FSC ou recyclés. La porte semble entrouverte pour de possibles discussions avec PEFC.

« Une discrimination inacceptable »

Des rumeurs de colère bruissent parmi nombre de forestiers en France, où la certification forestière PEFC domine, loin devant FSC. L’idée d’un appel au boycott chatouille certains esprits. Ce qui fait dire à Christian Pinaudeau, secrétaire général du Syndicat des sylviculteurs du Sud-Ouest :

« D’ici à la fin février, nous allons certainement envoyer des consignes à nos 6 000 adhérents sur le fait d’acheter autre chose que du bois d’importation qui ne serait pas certifié PEFC. Cette discrimination vis-à-vis des bois français est inacceptable. De plus, Ikea importe du bois apparemment même de manière illégale, avec un bilan carbone déplorable. »

Une allusion à la récente émission « Cash Investigation. Razzia sur le bois » diffusée sur France 2, et qui jette le doute sur la légalité du bois de certains maillons de l’approvisionnement d’Ikea, pointant en particulier l’entreprise autrichienne Schweighofer. FSC vient, par ailleurs, de se distancier de cette dernière ; PEFC avait engagé une procédure en 2015.

Le contrat de Schweighofer suspendu, achats de forêts

La directrice du développement durable d’Ikea France, Carole Brozyna-Diagne, nous précise :

« Si nous ne sommes pas capables de garantir une gestion durable de la forêt, nous mettons à mal notre modèle économique et notre activité. Si des déviations sont constatées, nous cessons de nous approvisionner avec le fournisseur ou avec le sous-traitant concerné jusqu’à sa mise en conformité. »

Ikea indique avoir suspendu, en 2014, son contrat avec Schweighofer, ce dernier n’ayant pas fait le nécessaire. En parallèle, le fabricant et distributeur de meubles investit dans des forêts. Il détient près de 75 000 ha de forêts en Roumanie et dans les pays baltes, selon The Guardian. Il a aussi acquis des parcelles en Slovaquie, soit 4 000 ha en 2015, des plantations à courte rotation.

Ikea souhaite « voir évoluer » PEFC

Pourquoi donc Ikea entend-il écarter le bois PEFC de sa chaîne d’approvisionnement ?

Carole Brozyna-Diagne avance trois domaines dans lesquels Ikea souhaite « voir évoluer » PEFC. Elle le fait en prenant exemple sur FSC, dont le groupe est l’un des membres fondateurs :

« En termes de transparence, FSC donne un accès public à tous les rapports d’audit. Pour ce qui est de la gouvernance, FSC s’entoure d’ONG internationales comme le WWF ou Greenpeace. Sur le plan de la méthodologie, nous demandons une réponse rapide en cas de constat de déviation, par exemple en donnant 30 à 90 jours au prestataire pour se mettre en conformité. Et FSC apporte des garanties sur les forêts à haut risque. »

Qu’Ikea veuille une « reconnaissance » par des associations internationales s’explique, selon Carole Brozyna-Diagne, par la recherche d’un dispositif « applicable à l’échelle du groupe » présent dans 28 pays.

« Nous sommes prêts à financer une évaluation des critères PEFC et FSC, et à mettre à disposition des compétences »,

ajoute Carole Brozyna-Diagne.

Sollicité par Forestopic sur ces questions, PEFC France n’a pas donné suite.

La France, troisième marché du géant du meuble

La France représente le troisième marché d’Ikea. La chaîne y a réalisé un chiffre d’affaires de 2,6 milliards d’euros durant l’exercice annuel 2015-2016, soit 7,7 % de ses ventes mondiales.

Son usine de Lure (Haute-Saône) reçoit quelque 445 000 tonnes par an pour la production de panneaux de particules et emploie 180 collaborateurs. Plus de 99 % du bois acheté par le site provient de France, assure Ikea.

La consommation de l’usine de Lure se répartit entre le bois recyclé (220 000 tonnes), les bois ronds et plaquettes (155 000 tonnes), les sciures (70 000 tonnes). Ses produits sont à 53,5 % certifiés « FSC mixte » – le FSC mixte peut contenir des fibres vierges FSC, du « bois contrôlé » (ayant fait l’objet d’une analyse de risques), du bois issu du recyclage.

Cette stratégie d’approvisionnement est loin d’être anodine. Ses répercussions ne se cantonnent pas à la France. La firme consommerait 1 % du bois commercialisé dans le monde. Elle a utilisé 15,75 millions de mètres cubes d’équivalent bois rond, sur l’exercice annuel 2015-2016.

Des discussions sont supposées avoir lieu entre IKEA et PEFC, aux niveaux international et français. Avec un paradoxe au demeurant. La certification PEFC satisfait au standard interne de la chaîne.

Chrystelle Carroy/Forestopic

Publicité

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. En naviguant sur ce site, vous acceptez leur utilisation. J’ai compris En savoir plus.