Publicité

L’Inrae, nouvel institut avec plus de 500 chercheurs et techniciens forêt-bois

L’Inrae, nouvel institut avec plus de 500 chercheurs et techniciens forêt-bois

L’Inrae voit le jour en 2020, incarnant la fusion entre l’INRA et Irstea. Sa gouvernance s’organise avec notamment un PDG et un double siège social. La forêt, la bioéconomie ou la biodiversité font partie de ses thématiques.

 

Deux décrets, parus le 12 octobre 2019, signent l’acte de naissance anticipé de l’Inrae, l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (prononcer « i-ne-ra-é »). Le nouvel institut entre en existence le 1er janvier 2020, émergeant de la fusion de l’INRA et d’Irstea.

L’un des deux décrets précise le champ d’action et la gouvernance de l’Inrae, ainsi qu’une organisation transitoire qui court jusqu’au 30 juin 2020 au plus tard. La forêt, la bioéconomie, la biodiversité font partie de ses thématiques, aux côtés de l’eau, de l’économie circulaire, de l’environnement, de l’agriculture, de l’alimentation, et de la gestion durable des territoires et des risques liés à ces enjeux. L’autre décret porte sur le statut des personnels.

Dirigé par un président-directeur général, l’établissement public à caractère scientifique et technologique est doté d’un conseil d’administration de 18 membres (outre le président), et accompagné par un conseil scientifique. L’actuel président de l’INRA, Philippe Mauguin, doit poursuivre son mandat jusqu’à son terme, en tant que président de l’Inrae, soit jusqu’au 26 juillet 2020.

« Le nouvel institut disposera d’un seul siège mais bi-site : Paris (actuel siège de l’INRA) et Antony (actuel siège d’Irstea). Il sera piloté depuis Paris. Ceci signifie que les directions d’appui, de soutien, ou scientifiques, seront réparties, dans une seule direction, entre les deux sites, sur la base des implantations actuelles »,

nous précisent l’INRA et Irstea.

L’Inrae fonctionne sous une double tutelle, celle des ministres en charge de la recherche et de l’agriculture. En réunissant deux entités, il a notamment pour mission de peser plus lourd dans la recherche mondiale.

Les équipes qui y travaillent sur la forêt et le bois (agroforesterie comprise) rassemblent aujourd’hui environ 450 chercheurs et techniciens à l’INRA et 80 à Irstea.

C.C./Forestopic

Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable.

Publicité