Publicité

Harpie chassée de la Forêt de Rambouillet. Anonyme, dessinateur-lithographe. Vers 1830. CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet

Des forêts aux Urgences, les forestiers urgentistes et la société

 

Le feu de forêts des Maures (Provence-Alpes-Côte d’Azur) en août 2021 vient s’ajouter à une série d’évènements exceptionnels qui affectent les forêts françaises depuis une vingtaine d’années : ouragans de 1990 et 2009, canicule et sécheresse de 2003, chalarose du frêne, scolytes de l’épicéa, dépérissements des trois dernières années dans les forêts du Centre et de l’Est.

Ce n’est pas tant la nature de ces évènements qui est exceptionnelle que leur ampleur et leur répétition. De mémoire d’homme, l’histoire forestière a toujours connu des évènements de ce type, mais ils avaient moins d’impacts. Il se peut que l’on se trompe dans l’analyse, il se peut que les forêts et la société soient aujourd’hui plus sensibles à ces phénomènes. Il n’empêche, quelles que soient les précautions de langage prises, les faits sont là : l’idée de forêt métropolitaine en crise s’inscrit de façon durable et forte dans le paysage mental national, tant chez les forestiers que chez les décideurs, les médias et l’ensemble de la société. J’accepte l’hypothèse de l’aggravation durable des crises forestières et je vois au moins deux conséquences immédiates pour le métier de forestier.

Dans l’ordre des priorités, la gestion des crises va prendre le pas sur la production et la récolte de bois. Gérer les forêts consistera d’abord à assurer le maintien d’écosystèmes forestiers fonctionnels et, autant que possible, résistants et adaptables face à des aléas de plus en plus fréquents et forts. Depuis 200 ans, la production et la récolte de bois ont été la porte d’entrée de la gestion durable. Elles généraient économiquement et biologiquement les autres composantes de la multifonctionnalité des forêts avec plus ou moins de tension. Dorénavant, le bois apparaît comme une conséquence parmi d’autres du maintien de la fonctionnalité et de la vitalité de l’écosystème forestier.

La gestion des crises et le maintien de forêts en bon état nécessite dorénavant des moyens financiers et humains, de la parcelle au laboratoire, que la vente des bois et les autres recettes forestières (chasse…) sont incapables de fournir, tant s’en faut. Il n’apparaît pas que le marché d’autres productions forestières – carbone, eau, biodiversité, paysage, accueil du public – puisse procurer ces ressources.

Le forestier est donc de plus en plus dépendant du consentement de la société à lui fournir les moyens d’agir via l’argent public et les orientations réglementaires. On l’a vu avec la crise de la tempête Klaus dans les Landes et la crise des scolytes dans l’Est. Sans intervention massive de la puissance publique, les forestiers n’ont pas les ressources pour restaurer les écosystèmes dégradés et adapter la forêt. Cette dépendance croissante change la nature des relations des forestiers avec la société.

Jusqu’il y a encore peu de temps (gestion post-Klaus), l’intervention de soutien se faisait essentiellement via le ministère de l’Agriculture, interlocuteur historique du monde forestier auquel il prêtait une oreille attentive avec des capacités d’intervention financières significatives. Le plan de relance actuel semble marquer une transition entre un soutien co-construit et cogéré dans une relation quasi exclusive entre les forestiers et le ministère de l’Agriculture et une approche désormais pluriacteur intégrant d’autres ministères, l’Europe et les régions. Cette évolution conduit à intégrer des visions de la forêt plus diverses et contrastées que celle relativement constante du ministère de l’Agriculture depuis 70 ans, largement en phase avec celles des acteurs de la forêt.

Le forestier ne peut ignorer cette évolution. Pour avoir les moyens d’agir, il devra négocier et contractualiser sa gestion dans une relation plus complexe avec des partenaires ne partageant pas forcément sa vision et exprimant les divers aspects de la demande sociale. La forêt en crise se retrouve de plus en plus souvent « aux Urgences », le forestier devient alors urgentiste, cela génère des contraintes, mais ouvre aussi de grandes possibilités de reconnaissance par la société.

Hervé Le Bouler


La rubrique Charpente et racines,
À la rencontre des forêts de France, de ses femmes et de ses hommes.
La charpente et les racines, ce sont les branches charpentières de l’arbre, le bois et le patrimoine, l’ancrage.


Publicité

Recevez toutes les actualités forêt-bois et arbres:

Publicité