Publicité

La forêt en Centre-Val-de-Loire recouvre 954 000 hectares

Le Centre-Val-de-Loire, berceau du chêne face au changement climatique

 

Produire des arbres feuillus de qualité, c’est l’une des vocations historiques du Centre-Val-de-Loire en tant que territoire forestier. Forêts de France consacre, à cette région, son dossier de septembre 2018. Avec, en perspective, l’impact du changement climatique qui se fait sentir.

La forêt en Centre-Val-de-Loire recouvre 954 000 hectares, soit un quart de la surface régionale. Ce taux de boisement la situe à la 7e place des régions françaises. Le territoire possède une caractéristique unique : il se compose à 87 % de forêts privées, une proportion plus élevée que la moyenne nationale (75 %). À elle-seule, la forêt privée détient près de 70 % du volume régional de bois sur pied. Autant de spécificités à découvrir dans le dossier de septembre 2018 de Forêts de France.

Portée par des sols riches et diversifiés, la région est historiquement un haut lieu de production de feuillus de qualité. Les essences feuillues recouvrent 75 % de la surface forestière régionale et, parmi ces essences, les chênes pédonculés et sessiles cumulent 60 % des peuplements. Du côté des résineux, les pins sylvestres, maritimes et laricio sont les essences les mieux représentées. Elles occupent 14 % de la surface boisée et mettent en valeur les sols les plus pauvres, comme en Sologne.

Diversifier les forêts face au changement climatique

Le chêne, qui représente 46 % du volume récolté, est une source de richesse indéniable pour la région. Il nourrit l’aval de la filière dans différents secteurs : tonnellerie du bassin de production ligérien, panneau de particule, bois de feu.

Néanmoins, les scientifiques et les organismes publics traitant de la gestion forestière tirent la sonnette d’alarme : les impacts du changement climatique commencent à se faire sentir. Certaines essences, comme le chêne pédonculé, ne semblent pas s’adapter à la progression des températures et à la sécheresse estivale.

Les acteurs du développement et de la recherche forestière incitent donc propriétaires et gestionnaires à reboiser avec des essences adaptées, soit le chêne sessile et également certaines essences résineuses. La diversification apparaît comme la clé de la pérennisation de la production forestière régionale.

60 % de la forêt privée dotée d’un plan simple de gestion

La région Centre-Val-de-Loire est aussi, par ailleurs, un berceau historique du syndicalisme forestier. Plusieurs syndicats locaux ont déjà fêté leur centenaire. Cette forte représentation est corrélée au nombre de propriétaires impliqués dans la gestion de leurs forêts ; environ 60 % de la surface forestière privée est dotée d’un plan simple de gestion (PSG).

Dans le dossier de Forêts de France, les lecteurs découvriront ces propriétaires impliqués dans la gestion de leur patrimoine. Une gestion évidemment orientée vers la production de bois et l’approvisionnement des transformateurs. Le Centre-Val-de-Loire est aussi un lieu de formation, de recherche et de questionnement pour l’avenir dans le contexte de changement climatique. Le renouvellement de peuplements de chêne de haute valeur constitue pour ces propriétaires un enjeu majeur.

Pascal Charoy (Forêts de France)



Bienvenue dans L’Agora,
espace d’expression et de débats des lecteurs et des partenaires éditoriaux de Forestopic.

Pour proposer un article, contactez-nous.

Grivoiseries
Rubrique humoristique et satirique de la forêt et du bois


Publicité

Recevez toutes les actualités forêt-bois et arbres:

Publicité

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. En naviguant sur ce site, vous acceptez leur utilisation.J’ai compris En savoir plus