Publicité

La présidente de l’Occitanie, Carole Delga, fait le jeu des communes forestières face à l’État

La présidente de l’Occitanie, Carole Delga, fait le jeu des communes forestières face à l’État

L’Occitanie se dit « prête à prendre toute sa part pour la gestion forestière que l’État délaisse ».

 

Le conseil régional d’Occitanie a adopté, le 22 octobre 2021, une « motion de soutien aux communes, collectivités et filière forestières ». Le texte prend position au sujet de l’Office national des forêts (ONF). Ainsi, les conseillers régionaux « exigent le retrait immédiat de la contribution complémentaire des communes et collectivités forestières » – quoique le gouvernement semble lâcher du lest sur ce point. Les élus demandent aussi « la révision complète du contrat d’objectifs et de performance État-ONF », déplorant les suppressions d’emplois programmées au sein de l’Office, ainsi que « le risque de dégradation du service public forestier », voire des incidences sur la filière bois.

La présidente de l’Occitanie, Carole Delga, va jusqu’à déclarer :

« L’Occitanie est prête à prendre toute sa part pour la gestion forestière que l’État délaisse. »

La motion propose notamment « une expérimentation pour une gouvernance régionale, qui permette la prise en compte des attentes de gestion spécifique à l’Occitanie ». Si la teneur de cet élan reste à préciser, « cela ne peut se faire sans l’engagement de l’État », a affirmé Carole Delga. Les élus appellent à une « ambition politique portée par l’État et construite avec les acteurs des territoires pour les forêts françaises ».

Il existe déjà la commission régionale forêt-bois, coprésidée par l’État et la région, et chargée notamment du programme régional (article D113-11 du Code forestier), tandis que la concertation territoriale est susceptible, par ailleurs, de figurer au menu des Assises forêt-bois.

C. C./Forestopic

Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable.

Publicité