Publicité

«L’étude d’impact peut freiner les plantations forestières» (Gilles Bauchery, Syndicat des pépiniéristes forestiers)

«L’étude d’impact peut freiner les plantations forestières» (Gilles Bauchery, Syndicat des pépiniéristes forestiers)

Dès qu’il dépasse 0,5 hectare, un projet de boisement doit faire l’objet désormais d’une demande d’examen par l’administration. Il peut s’ensuivre la réalisation d’une étude d’impact.

 

Cette partie de l’article est réservée à nos abonnés.
Vous êtes abonné ? 

Accédez à votre espace personnel :

 
• Vous n’êtes pas encore abonné ? Veuillez cliquer ici pour souscrire à une formule d’abonnement afin de consulter l’intégralité de cet article et tous nos contenus forêt, bois, arbre hors forêt.

Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable.

Publicité

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. En naviguant sur ce site, vous acceptez leur utilisation.J’ai compris En savoir plus