Publicité

Gilles Bauchery, élu président du Syndicat des pépiniéristes forestiers, s’inquiète d’une pénurie de bois

Gilles Bauchery, président du syndicat des pépiniéristes forestiers
Gilles Bauchery, élu président du Syndicat des pépiniéristes forestiers, s’inquiète d’une pénurie de bois

Le syndicat des pépiniéristes forestiers avance des propositions pour enclencher une dynamique de reboisement en France.

 

Renouveler les forêts françaises ! C’est le cheval de bataille du Syndicat national des pépiniéristes forestiers (SNPF) et il enfourche, à ce titre, plusieurs propositions, en lien avec l’investissement forestier notamment. Pour les porter, Gilles Bauchery vient d’être élu président du SNPF. Il succède à Vincent Naudet, qui était à la tête de l’organisation professionnelle depuis 2005.

Gilles Bauchery est entré à l’âge de 21 ans, en 1991, dans l’entreprise familiale Pépinières Bauchery. Ce technicien forestier n’a pas quitté la maison depuis. Jusqu’à en prendre la direction, en 2002, en binôme avec son frère François. Pépinières Bauchery produit quelque 5 millions de plants par an, en racines nues pour l’essentiel, résineux et feuillus. Ses deux sites de culture totalisent 120 hectares dans le Loir-et-Cher.

Sur le plan national, il s’est commercialisé à peine 35 millions de plants forestiers, hors pin maritime, en 2015-2016. Très loin des quelque 100 millions de plants par an vendus durant les années 1990. Gilles Bauchery s’en alarme :

« Pour le douglas par exemple, la pyramide des âges comporte un nombre insuffisant de peuplements en bas âge. De nombreuses essences sont dans ce cas. Sans réelle volonté de reboisement, nous risquons de connaître des problèmes d’approvisionnement en bois. Il est possible d’accélérer les rotations, mais rattraper 20 ans, cela fait beaucoup. »

« Simplifier les documents de gestion »

Et pourtant, la forêt française croît en surface. « Une friche est parfois considérée comme une forêt. Mais, nous parlons des forêts de production, celles qui fournissent du bois », veut nuancer Gilles Bauchery. Une façon de rappeler aussi que plus de 50 % des surfaces forestières sont dénuées de document de gestion durable.

« Il est indispensable de simplifier le dispositif, pour permettre à plus de personnes de gérer leur forêt »,

avance Gilles Bauchery.

Recenser les coupes dans les petites forêts

Les forêts de 25 hectares ou plus qui ne détiennent pas de plan simple de gestion, alors qu’elles le devraient, restent soumises à l’autorisation administrative de coupe (art. L312-9 du Code forestier). Le président du SNPF propose d’élargir cette mesure :

« La mise en place de l’autorisation administrative de coupe, pour les forêts de moins de 25 hectares, permettrait de recenser les parcelles où se font les coupes. Cela pourrait s’accompagner d’incitation, d’information et de sanction. »

Pour le volet incitatif, les pépiniéristes forestiers en appellent au maintien des avantages fiscaux liés aux investissements forestiers (dispositif national « DEFI ») et au développement des aides instaurées par les régions (subventions, appels à projets…).

Mécanisation, changement climatique

Dans les pépinières, la mécanisation tend à se substituer aux produits phytosanitaires. Il leur faut, de plus, s’adapter au changement climatique. Avec des attentes à l’égard de la recherche. Gilles Bauchery résume :

« Nous avons besoin de savoir quelles essences peuvent être utilisées dans quelles régions, en fonction du sol et des climats. »

De quoi planter les bonnes essences au bon endroit, et aussi avec une densité de peuplement adaptée. « Des arbres élevés serrés peuvent produire du bois avec de petits nœuds, qui réponde aux besoins de l’industrie. Sinon, c’est de l’argent jeté par les fenêtres », lance le responsable.

Le syndicat des pépiniéristes forestiers, qui regroupe 27 entreprises, estime représenter 92 % de la production de plants forestiers en France, soit environ 500 emplois.

Chrystelle Carroy/Forestopic

Publicité

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. En naviguant sur ce site, vous acceptez leur utilisation.J’ai compris En savoir plus