Publicité

Bpifrance élargit ses aides aux entreprises de la filière bois

Bpifrance élargit ses aides aux entreprises de la filière bois

La banque publique d’investissement crée un nouveau prêt aidé pour les PME de la première transformation du bois.

 

Le ministère chargé de la forêt et Bpifrance annoncent la création d’un nouveau prêt sans garantie destiné aux scieries. D’un montant de 300 000 à un million d’euros, il court sur 3 à 10 ans.

Ce prêt de Bpifrance vient en corollaire de financements bancaires. Il s’exerce sans prise de garanties sur l’entreprise et sans caution personnelle du dirigeant. Le différé d’amortissement va jusqu’à 2 ans, en vue de tenir compte « d’une montée en puissance progressive des équipements industriels », précise Bpifrance ; durant cette période de différé, le porteur de projet ne rembourse que les intérêts, pas le capital.

Les entreprises éligibles sont des PME de la première transformation du bois (d’un effectif de moins de 250 équivalent-temps plein), créées depuis plus de 3 ans, et qui souhaitent moderniser leurs unités industrielles ou réaliser une croissance externe. Les services de l’État (Draaf) donnent accès, sur leurs sites Internet respectifs, au dossier type de demande de prêt, lequel est ensuite étudié par la Draaf et le réseau régional de Bpifrance.

Ces nouvelles aides viennent en complément des prêts participatifs créés en 2011, avec un soutien du ministère de l’Agriculture, et destinés aux entreprises de la filière bois de moins de 250 salariés. Ces prêts, accordés à un taux préférentiel, s’établissent entre 40 000 et 300 000 euros, pour une durée de 5 à 7 ans. La Fédération nationale du bois (FNB) recense 200 entreprises ayant bénéficié de ces soutiens depuis leur lancement.

Nicolas Douzain, délégué général de la FNB, se félicite de cette évolution d’un dispositif qui fonctionne :

« Ces prêts permettent de financer des opérations qu’il est difficile de faire financer par des banques, par exemple dans le domaine des mises aux normes, de la formation des équipes de production ou de la sécurité. »

Mais, le responsable de la FNB de regretter que les effectifs restent plafonnés pour les entreprises candidates. Malgré l’appel à investir lancé, début 2019, aux industriels du bois par le président de la République Emmanuel Macron.

C. C./Forestopic

Mis à jour le 27 mai 2019

Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable.

Publicité