Les plus belles cartes postales numériques de forêts de l’été 2016

Les plus belles cartes postales numériques de forêts de l’été 2016

Alpes, Islande, Monténégro, Équateur… plongez dans les forêts du monde, avec ces cartes postales numériques, partagées par les internautes en juillet-août 2016.

 

Les Alpes, on ne s’en lasse pas ! Allons-y, plus précisément dans la région montagneuse du Lautaret et du Galibier, située entre Grenoble et Briançon. Près de 1 500 espèces végétales y sont recensées, selon la Station alpine Joseph Fourier. Les arbres y grimpent jusqu’à 2 000-2 500 m. À cette altitude, se situe la limite entre les étages subalpin et alpin, aussi appelée « zone de combat ». La forêt cède alors la place aux pelouses alpines.

Et avez-vous pensé à l’Islande ? Réputée dénuée d’arbres, surtout connue pour sa centaine de volcans, l’île est aussi peuplée de forêts. Depuis les années 1950, l’Islande s’est lancée dans une politique active de plantation d’arbres. Vers 1990, elle s’engage dans une stratégie d’afforestation, soit la création de plantations en des espaces non boisés, avant que la crise financière de 2008-2009 ne vienne freiner cette dynamique.

Mettons le cap à l’est. Destination, le Monténégro. Ce pays des Balkans renferme ce qui est considéré comme l’une des dernières forêts primaires d’Europe, au sein du Parc national de Biogradska Gora. Plus de 80 types d’arbres et buissons y cohabitent sur 16 km2.

Un autre réservoir mondial de biodiversité se trouve en Équateur. Et pas seulement dans sa forêt tropicale amazonienne. Notamment, ses forêts andines abritent la réserve écologique de Mashpi, et un projet à la fois touristique et scientifique visant à protéger et à mieux connaître la profusion végétale et animale qui y règne.

Mais déjà, certains se tiennent prêts pour le brame du cerf, ce cri retentissant qui marque la fin de l’été ou l’automne, associé à la saison des amours du cervidé.

Les populations d’ongulés grignoteurs de jeunes pousses d’arbres ou d’écorces posent certes la question de l’équilibre sylvo-cynégétique. Mettre en valeur la faune sauvage des forêts répond aussi à une demande sociale.

Chrystelle Carroy/Forestopic

Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable.

Publicité