La forêt ne perd pas de son attrait auprès des investisseurs

Face à un marché étriqué, des investisseurs français se tournent vers l’international
La forêt ne perd pas de son attrait auprès des investisseurs

Les investisseurs se pressent au portillon pour acquérir des forêts, en particulier les grandes surfaces, de plus de 100 hectares. La tendance, déjà connue, semble s’intensifier à l’aune de la crise du coronavirus (Covid-19).

 

Cette partie de l’article est réservée à nos abonnés.
Vous êtes abonné ? 

Accédez à votre espace personnel :

 
• Vous n’êtes pas encore abonné ? Veuillez cliquer ici pour souscrire à une formule d’abonnement afin de consulter l’intégralité de cet article et tous nos contenus forêt, bois, arbre hors forêt.

Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable.

Publicité