Publicité

Les directives européennes sur les déchets et les emballages oublient l’étude et le soutien de la pérennité de la ressource en amont

Emballage léger en bois: créons une directive européenne «matériaux renouvelables»

 

Comment affirmer le bois dans l’économie circulaire ? Et si l’Europe tenait mieux compte du caractère renouvelable des matériaux dans la « hiérarchie des exigences essentielles » qui se retrouve notamment dans sa politique de prévention et de gestion des déchets ?

Un chiffre important : 55 556. De quoi s’agit-il ? « Il faut des millions d’années pour que les matières organiques en décomposition se transforment au sein des roches mères en hydrocarbures » (lu sur un site Web de Total).

Alors soyons modestes, arrondissons à 1 million d’années. Pour un peuplier, c’est 18 à 20 ans. Ce chiffre de 55 556, c’est le rapport entre 1 000 000 et 18, ou le nombre de récoltes de peupliers en attendant la formation du pétrole dont on fait de l’essence ou du plastique… Cela donne la différence entre renouvelable et non renouvelable à l’échelle humaine, entre durable et non durable (si je replante correctement). L’un tend naturellement vers le circulaire, l’autre non !

Oui, la « durabilité », disponibilité assurée pour les générations suivantes, d’un matériau non renouvelable reste un excès de langage : on peut au mieux calculer la date de son épuisement et de tous les conflits d’usage qui précéderont cet épuisement si tout n’a pas été fait pour y substituer un matériau renouvelable.

Schéma sur l’économie circulaire de la cagette (crédit: SIEL 2014)
Schéma sur l’économie circulaire de la cagette (crédit: SIEL 2014)

Financer la replantation ou le renouvellement de la ressource

Dans le domaine de l’emballage, les industriels, au-delà des certifications (PEFC), financent la replantation via, c’est un exemple, une opération nationale « Merci le Peuplier », c’est-à-dire le financement volontaire du renouvellement de la ressource. Un exemple à suivre.

Mais, l’emballage bois souffre terriblement du gaspillage actuel des matériaux non renouvelables ! Quand le prix du pétrole grimpera en proportion de sa rareté et de sa « non-renouvelabilité », par des conflits d’usage, ce sera la panique à bord : le risque d’un afflux délirant vers le bois n’est pas à exclure… alors qu’il faut de 18 à 100 ans pour avoir le bois à disposition. Voilà pourquoi les industriels disent : oui, la plantation est un pari gagnant !

Rapport Bruntland et principe pollueur-payeur

Concernant l’emballage, revenons un peu en arrière. Quand les premiers rapports sur la préservation de l’environnement se sont fait jour (rapport Brundtland Notre avenir à tous en 1987 pour la Commission mondiale sur l’environnement et le développement de l’ONU), la préoccupation prioritaire a été assez naturellement l’abondance des déchets et leurs impacts sur l’air, l’eau et le sol, et la santé humaine.

Le principe pollueur-payeur offrait alors une porte d’entrée pour prendre des mesures. Il s’agissait globalement d’arrêter de mettre en décharge, de brûler à l’air libre, de brûler sans récupération d’énergie.

Du concept de « durabilité » : et la pérennité de la ressource ?

Suite au rapport Brundtland, l’Europe s’est mise au travail pour produire la directive cadre « déchets » (désormais 2008/98/CE) et la directive 94/62/CE « emballages et déchets d’emballages ». Dans cette dernière, on demande – cela s’appelle « hiérarchie des exigences essentielles » – de faire de la « réduction à la source », de réutiliser les produits, de réutiliser la matière (en recyclage matière ou en valorisation énergétique), tout cela dans un processus volontaire en cascade. Ces exigences ont pour vertu de prolonger la durée de vie de la matière et d’ainsi prévenir la formation de déchets ultimes.

Mais, il un mais… en raison de ce focus aval « déchets » lié à leur visibilité immédiate, il y a eu un grand oubli dans cette démarche environnementale, un oubli catastrophique : l’étude et le soutien de la pérennité de la ressource en amont ! Pourtant intrinsèque à la définition de la durabilité.

Ajoutons une strate à la hiérarchie d’exigences essentielles

Or, si j’envisage d’utiliser un matériau non renouvelable, ma seule option pour ne pas avoir d’impact sur le stock fini est d’étudier la possibilité de ne pas l’utiliser, c’est-à-dire de passer à un matériau renouvelable (dans une démarche d’analyse de cycle de vie qui montre que la substitution préserve les ressources). Si la substitution n’est pas possible, alors et seulement alors, j’utiliserai un matériau non renouvelable avec une politique drastique de « réduction à la source » et de réutilisation maximale de l’emballage !

La hiérarchie d’exigences essentielles d’un matériau non renouvelable de type plastique devrait donc s’exprimer ainsi (en créant une nouvelle exigence essentielle en point 1.) :

  1. substitution raisonnée vers un matériau renouvelable ;
  2. éco-conception avec réduction à la source ;
  3. réutilisation ou recyclage matière ;
  4. valorisation énergétique ;
  5. élimination.

Mais, la présomption de supériorité des matériaux renouvelables, et du premier d’entre eux, le bois, a du mal à s’imposer. Car nous vivons dans un monde de pétrole et de gaspillage, un monde qui laissera peut-être nos descendants sans les ressources qui ont fait notre confort. Le Grenelle de l’environnement (2007) et la loi sur la transition écologique (2015) ont commencé à s’en soucier, mais sans doute faudra-t-il une directive « matériaux renouvelables », comme il existe déjà une directive 2009/28/CE « énergies renouvelables ».

Durabilité versus cycle de vie

On peut affirmer que toute utilisation de matériaux non durables pendant les phases de fabrication, logistique, distribution, réutilisation, destruction, sont autant d’atteintes à l’économie circulaire.

Or, le process dans l’industrie de l’emballage léger en bois s’avère économe en énergie (déroulage et agrafage du peuplier pour la cagette), ne nécessitant quasiment pas d’énergie fossile. Les bilans en termes d’énergie fossile, CO2 ou gaz à effet de serre de la cagette, sont donc proches de zéro. Seul le transport par camions utilise encore l’énergie fossile, et l’emballage léger en bois a vocation à accompagner une économie qui va se recentrer sur les marchés locaux et les produits de saison. Une référence sur ce sujet est l’étude comparative bois-carton-plastique Ademe L045-R5

Aujourd’hui, le débat avance-t-il dans la bonne direction ? Le concept d’économie circulaire est celui d’une économie qui minimise la destruction de ressources et les impacts environnementaux tout au long du cycle de vie du produit.

Ainsi, l’emballage bois pourrait être présenté comme le symbole de l’économie circulaire et ce pour plusieurs raisons : la ressources, la multi-utilisation de la matière, et sa fin de vie.

Olivier de Lagausie, délégué Général SIEL-Grow, Syndicat français des industries de l’emballage léger en bois



Bienvenue dans L’Agora,
espace d’expression et de débats des lecteurs et des partenaires éditoriaux de Forestopic.

Pour proposer un article, contactez-nous.

Et aussi : Participez à L’Agora+ pour discuter, échanger, sur la forêt, le bois, les arbres : c’est par ici.

Grivoiseries
Rubrique humoristique et satirique de la forêt et du bois


Publicité

Recevez toutes les actualités forêt-bois et arbres:

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5

Publicité

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. En naviguant sur ce site, vous acceptez leur utilisation.J’ai compris En savoir plus