Publicité

Pins sylvestres poudrés de neige dans les Hautes-Pyrénées (crédit photo: Michel Bartoli)

Risques hivernaux: comment prévenir et gérer les dégâts en forêt

 

Dans son dossier du mois de décembre 2020, Forêts de France fait le point sur les acquis techniques engrangés depuis les grandes tempêtes de 1999 et 2009 qui ont suscité la mobilisation de la recherche forestière. Les retours d’expérience et le plan tempête achevé en 2018 devraient permettre de mieux gérer la survenue d’une crise. 

L’hiver, nos forêts sont soumises à des aléas climatiques qui peuvent conduire à la catastrophe : la perte d’un peuplement dans lequel des générations de forestiers ont investi leur temps et leur savoir-faire. Un chiffre : les cinq dernières grandes tempêtes qui ont traversé la France depuis les années 1980 ont couché près de 200 millions de m3 de bois du nord au sud du pays. Les trois dernières catastrophes d’une intensité exceptionnelle – Lothar et Martin en décembre 1999, Klaus en janvier 2009 – ont confirmé de manière magistrale que les vents violents constituaient sur la période le danger n° 1 pour les forêts, bien plus que les incendies.

Dix ans de recherche sur le risque tempête en forêt

Dans son dernier dossier de l’année, Forêts de France revient en détail sur le travail de recherche qui a été mené après ces catastrophes au sein de la communauté forestière. En 2000, un programme de recherche baptisé « Forêt, vent, risque » a été lancé pour évaluer la vulnérabilité forestière et mieux gérer le risque. Ce programme d’envergure, coordonné par le GIP Ecofor, a mobilisé pendant 5 ans 1,5 million d’euros de fonds publics.

Des équipes universitaires ont ainsi étudié les effets directs du vent, du sol, des arbres et des peuplements, ainsi que les interactions entre ces trois facteurs dans la tenue au vent. Pour la gestion du risque, les chercheurs ont investigué l’évaluation des dégâts, les risques phytosanitaires et cynégétiques, le potentiel de régénération naturelle et les mesures de gestion forestière à même de réduire le risque : appliquer la stratégie d’évitement, améliorer la stabilité des peuplements, optimiser le calendrier de récolte. Cet abondant travail a été présenté en 2009 dans un ouvrage collectif qui fait aujourd’hui référence : La forêt face aux tempêtes, publié aux éditions Quae.

L’assurance, incontournable pour bénéficier des aides publiques

Après la tempête Klaus, l’État a mis en chantier un plan national de gestion de crise qui fixe la marche à suivre en cas de telle catastrophe. Le ministère de l’Agriculture s’est appuyé sur les retours d’expérience des dernières tempêtes, en sollicitant les acteurs de la filière forestière et les administrations concernées. Ce travail a abouti, en 2018, à la sortie d’un document de 50 pages qui présente les actions à mettre en place pour anticiper et gérer la crise depuis ses premiers jours jusqu’à la reconstitution des forêts.

Ces dernières catastrophes marquent aussi un tournant dans le financement des reconstitutions. En 2010, l’État a prévenu qu’il n’y aurait plus d’aide au reboisement pour les propriétaires forestiers non assurés. Cette mesure a été actée en 2017 après les reconstitutions post-Klaus. L’assurance des peuplements forestiers de valeur devient donc incontournable, contre les tempêtes mais aussi les dégâts de neige et les incendies.

Pascal Charoy (Forêts de France)

Sur le même sujet : Le risque tempête est-il plus grand quand les sols forestiers sont gorgés d’eau?



Bienvenue dans L’Agora,
espace d’expression et de débats des lecteurs et des partenaires éditoriaux de Forestopic.

Pour proposer un article, contactez-nous.

Grivoiseries
Rubrique humoristique et satirique de la forêt et du bois



Publicité

Recevez toutes les actualités forêt-bois et arbres:

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Publicité