Publicité

Les espaces boisés – principalement périurbains – font l’objet d’une demande croissante en tant qu’espaces récréatifs

La forêt, lieu de survie, lieu de loisirs

 

Les liens unissant l’homme à la forêt restent ancestraux, ceux de la survie, même si le regard porté par le grand public évolue, et ainsi ses attentes. Au mois de juin 2017, Forêts de France se plonge dans le mythe pour expliquer son impact sur le regard porté par nos concitoyens.

La permanence du mythe

Au-delà de sa réalité biologique, la forêt – et avec elle, arbre et bois – est chargée en mystères, emblèmes et représentations qui, prenant volontiers le pas sur des considérations plus rigoureuses, conditionnent les besoins et attentes sociales et sociétales. Bien plus qu’une science, c’est une image mythologique de la forêt et de son rôle dans la société que les siècles passés ont contribué à créer et diffuser. À l’écart, les forêts accueillent les dissidents, les malandrins et marginaux. Pour ces mêmes raisons, on y retrouve moines et ermites. Et pour cause, la forêt se définit par opposition à la ville, elle est étymologiquement « foris » – hors des murs – ; hors des codes sociaux, elle fascine. Contes, vie monastique, art, la rédaction retrace l’évolution de notre rapport à la forêt au fil du temps.

Les nouvelles demandes sociales

La nature des relations entre l’homme et la forêt s’est profondément transformée depuis le XIXe siècle : en France et en Europe, les espaces boisés – principalement périurbains – font l’objet d’une demande croissante en tant qu’espaces récréatifs, notamment sportifs ou de ressourcement. Toujours ancrée dans un mythe, bien que renouvelé, la forêt s’inscrit aujourd’hui dans cette image tronquée de « dernier vestige de la nature vierge » qu’il faut protéger en tant que tel. On attend d’elle qu’elle soigne le corps aussi bien que l’environnement.

Quel impact sur la sylviculture ?

Mieux connaître les attentes sociales est un enjeu pour la gestion forestière, tout comme une approche pédagogique de fond est aujourd’hui indispensable pour rétablir la réalité forestière et l’inscrire dans sa multifonctionnalité. Charles Dereix, ingénieur général des Ponts, des Eaux et des Forêts au CGAAER*, nous livre sa réponse sur la prise en compte qui peut être attendue des forestiers gestionnaires. Une manière de souligner l’importance de recréer le lien entre la forêt et le grand public.

Pour prouver qu’une forêt peut être productive tout en répondant aux besoins de nature de nos contemporains, Forêts de France est parti à la rencontre de Bertrand Monthuir, propriétaire forestier dans le Perche, qui a trouvé un appât pour introduire le grand public au cœur des réalités forestières : les cabanes dans les arbres. 

Emmanuelle Degoy (Forêts de France)

* Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux.



Bienvenue dans L’Agora,
espace d’expression et de débats des lecteurs et des partenaires éditoriaux de Forestopic.

Pour proposer un article, contactez-nous.

NOUVEAU. Participez à L’Agora+ pour discuter, échanger, sur la forêt, le bois, les arbres : c’est par ici.

Publicité

Recevez toutes les actualités forêt-bois et arbres:

Publicité

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. En naviguant sur ce site, vous acceptez leur utilisation.J’ai compris En savoir plus