Publicité

Les revenus de la vente de bois peuvent financer les travaux nécessaires au renouvellement des parcelles forestières

Éviter les pièges de la vente de bois

 

Il n’est pas rare qu’un propriétaire forestier ne vende du bois qu’une seule fois dans sa vie, c’est donc un rendez-vous majeur ! Dans son numéro de mars 2019, Forêts de France présente le processus complexe de commercialisation. Le propriétaire non averti aura tout intérêt à se faire assister par un professionnel pour ne pas connaître de désillusion.

La vente de bois constitue une étape cruciale dans la gestion d’une propriété forestière. C’est particulièrement vrai lorsqu’il s’agit de récolter des arbres matures qui ont fait l’objet de soins attentifs pendant de longues décennies. Le propriétaire cherchera à valoriser du mieux possible le travail des générations précédentes. De plus, une juste rémunération lui permettra d’engager les travaux nécessaires au renouvellement de ses parcelles.

Vente de bois : résineux versus feuillus

La vente est une étape cruciale autant que complexe. La difficulté réside dans l’estimation précise du volume de bois et de sa qualité, deux critères qui participent à la fixation du prix. Ce travail est sans doute plus aisé pour les résineux qui fournissent des produits homogènes et répondent à des critères simples de qualité. Il est en revanche compliqué pour les feuillus ; en atteste la mercuriale que Forêts de France publie tous les mois dans ses pages économiques.

Le prix d’un chêne de même diamètre peut varier sur une échelle de 1 à 7, selon sa position basse (qualité traverse) ou haute (qualité tranchage). Si le propriétaire ne dispose pas d’une solide expérience et qu’il envisage de commercialiser des chênes de plus de 50 cm de diamètre, il est préférable de faire appel à un gestionnaire professionnel agissant dans l’intérêt du vendeur.

Contrat de vente et mode de commercialisation

Mieux vaut éviter de confier le marquage des arbres et l’évaluation du cubage à l’acheteur qui pourrait être tenté de tirer la situation à son avantage. Le contrat stipulant les conditions de vente est incontournable.

Si l’estimation de la valeur de la coupe est compliquée, le choix du mode de commercialisation ne l’est pas moins. Il faut choisir entre la vente de bois sur pied et la vente en bord de route de bois façonnés. Dans le second cas, la transaction peut porter sur des bois mélangés ou bien sur une qualité préalablement triée.

Conseils de professionnels : vers qui se tourner ?

Dans chaque département, les antennes Fransylva abritent des forestiers expérimentés qui peuvent informer les « débutants » et les orienter vers des professionnels : expert forestier, coopérative, gestionnaire indépendant. Ces « pros » réalisent le cubage et l’estimation des bois ; ils ont la mission de trouver des clients pour acheter les arbres sur pied ou façonnés bord de route.

Quand les bois sont bien vendus, le propriétaire récupère aisément le coût de la prestation. Les techniciens du centre régional de la propriété forestière (CRPF) sont aussi de bon conseil avant une récolte occasionnelle. Ils peuvent aider les propriétaires qui ne disposent pas de plan de gestion à intégrer cette récolte dans un projet à long terme.

Le dossier de Forêts de France présente enfin des expériences réussies de vente en direct, menées par des propriétaires expérimentés, ainsi que le proche avenir, avec des ventes aux enchères qui s’ouvrent à la digitalisation.

Pascal Charoy (Forêts de France)



Bienvenue dans L’Agora,
espace d’expression et de débats des lecteurs et des partenaires éditoriaux de Forestopic.

Pour proposer un article, contactez-nous.

Grivoiseries
Rubrique humoristique et satirique de la forêt et du bois


Publicité

Recevez toutes les actualités forêt-bois et arbres:

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
21
22
23
24
25
26
27
28
29

Publicité

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. En naviguant sur ce site, vous acceptez leur utilisation.J’ai compris En savoir plus