Publicité

Un projet de plateforme pré-industrielle vise la montée en échelle de la chimie du bois pour mieux en valoriser et transformer certains composés (photo: droits réservés)

La chimie du bois, un levier pour la transition industrielle

 

Les hémicelluloses et la cellulose sont des composantes du bois déjà exploitées pour approvisionner des marchés de masse tels que ceux des biocarburants, des papiers et cartons, des textiles, de la cellophane, etc. À l’heure où les ressources fossiles s’épuisent, où la réglementation environnementale se fait de plus en plus exigeante et où les consommateurs réclament des produits plus responsables, le bois attire de plus en plus l’attention.

Les travaux d’ExtraForEst s’intéressent à la valorisation de la lignine et en particulier au potentiel inexploré des molécules se trouvant dans des parties du bois souvent sous-valorisées : les nœuds, la sciure, l’écorce, etc.

Encore à un stade expérimental, leur valorisation concerne des marchés de niche à haute valeur ajoutée : cosmétique, biocontrôle, pharmacie ou encore compléments alimentaires. Bientôt, il sera possible de trouver en magasin des crèmes hydratantes, des médicaments ou des compléments alimentaires tirant partie du bois. Reste à savoir si le consommateur est prêt à adopter ces nouveaux produits. En effet, si la tendance « verte » se confirme auprès des consommateurs de plus en plus désireux d’acheter des produits respectueux de l’environnement, le passage à la réalité est parfois plus délicat. Habitués à des produits confortables (texture, odeur, etc…), les consommateurs sont parfois réticents à choisir le produit issu de molécule biosourcée quand le confort associé n’est pas supérieur.

Néanmoins, au-delà du poids du marketing, l’intérêt pour les entreprises de remplacer au maximum les ressources fossiles par des produits issus du végétal, et en particulier du bois, s’avère un tournant prometteur dans les prochaines années.

La prochaine étape est d’investir dans les recherches relatives à la chimie du végétal, à la chimie du bois, pour mettre en place des applications concrètes.

Une plateforme d’innovation en projet

La France dispose d’atouts non négligeables pour se lancer dans la chimie du bois : une abondante ressource disponible, une recherche académique, une recherche et développement de pointe et une filière bois-forêt, structurées et solides. Afin de concrétiser les travaux d’ExtraForEst, le dialogue avec les industriels se structure et le programme de recherche se constitue partie prenante d’un projet de plateforme de montée en échelle pour valoriser et transformer les composés du bois.

L’enjeu est ici de passer à une phase de pré-industrialisation. Ce projet rassemble différents acteurs d’une potentielle filière chimie du bois : industriels (Norske Skog, Biolie), acteurs du territoire (société d’économie mixte SEM d’Épinal), pôles de compétitivité (pôles IAR, Fibres-Énergivie), entre autres. Cette plateforme permettra notamment la mutualisation de compétences et d’actifs (équipements, logistiques, infrastructures) et constituera un atout pour les industriels souhaitant innover, monter en puissance dans leur production et cibler de nouveaux marchés d’une manière organisée. Découvrez ci-contre le regard de Jérémie Boucher, membre du comité consultatif d’ExtraForEst et directeur recherche et développement (R&D) de Pavatex, entité de Soprema spécialisée dans l’isolation, et où une première solution biosourcée a déjà été mise sur le marché.

Francis Colin, coordinateur ExtraForEst

Jérémie Boucher, directeur R&D de Pavatex-Soprema
« Que tous les acteurs puissent profiter de la valeur ajoutée générée par la chimie du bois »

« Depuis une dizaine d’années, Soprema est dans une démarche de substitution des matières premières pétrosourcées. Les matières premières biosourcées sont une source importante à ce titre. Cette stratégie s’inscrit dans la volonté de Soprema de combiner la réduction de son impact environnemental avec une indépendance stratégique vis-à-vis d’une filière. L’enjeu est de mieux connaître les ressources végétales (et donc entre autres forestières) disponibles et de voir comment les intégrer comme matières premières dans nos produits. Pour Soprema, cela passe par d’importants investissements en R&D dans une démarche de co-développement interne, notamment en termes de ressources humaines expertes dans le domaine de la chimie. Si Soprema a initié cette démarche, c’est en vue de préparer l’avenir. Les matières premières pétrosourcées vont se raréfier alors que la ressource végétale, elle, est disponible. Nous voulons donc valider des solutions végétales, trouver des applications nouvelles biosourcées pour amorcer ce changement avec sérénité. En substitution partielle ou totale, nous utilisons déjà de façon industrielle des dérivés d’huile de colza, des dérivés de résine de pin comme la poix de tall oil* ou des résines de colophane. D’autres travaux plus en amont sont en cours avec différents partenaires, en vue de remonter à l’échelle de la molécule pour voir ce qui peut être intéressant pour l’ensemble de nos utilisations. Nous espérons que les travaux d’ExtraForEst pourront nous aider en ce sens. Une plateforme de valorisation et transformation du bois sera intéressante : nous avons des chimistes, mais n’avons pas nécessairement la main sur la matière première, sur sa capacité à être extraite et mise en forme pour utilisation industrielle. »
* Matière issue de la distillation du tall oil, un sous-produit de l’industrie papetière.



Bienvenue dans L’Agora,
espace d’expression et de débats des lecteurs et des partenaires éditoriaux de Forestopic.

Pour proposer un article, contactez-nous.

Grivoiseries
Rubrique humoristique et satirique de la forêt et du bois


Publicité

Recevez toutes les actualités forêt-bois et arbres:

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim

Publicité