Publicité

Des infractions forestières plus fréquentes dans le Sud-Est et en Île-de-France

Nombre d’infractions relatives au bois pour 100 km2 de surface forestière, par département, enregistrées en moyenne entre 2020 et 2021, et comprenant les catégories «exploitation forestière» et «règles relatives à la prévention des incendies». Sources: SSMSI, base des infractions enregistrées par la police et la gendarmerie 2020-2021, données extraites en janvier 2022 ; Corine Land Cover – CGDD-SDES, 2018.
Des infractions forestières plus fréquentes dans le Sud-Est et en Île-de-France

Pour la première fois, le Service statistique ministériel de la sécurité intérieure publie une étude sur les atteintes à l’environnement, enregistrées par la police et la gendarmerie ; elle porte sur les années 2016 à 2021.

 

Les services du ministère de l’Intérieur signalent 31 400 délits ou contraventions à l’environnement en 2021, en hausse de 7 % par rapport à 2016. Dans ce total, près de 7 800 infractions concernent l’exploitation forestière ou minière illégale en 2021, soit 11 % de moins qu’en 2016.

La Seine-Saint-Denis et les Bouches-du-Rhône présentent les taux d’infractions liées aux forêts pour 100 km2 de surface forestière les plus élevés, avec respectivement 42 et 23, en moyenne entre 2020 et 2021. Ce chiffre englobe l’exploitation forestière illégale et le non-respect des règles de prévention des incendies. Il dépasse 15 dans la Drôme, l’Hérault ou le Vaucluse, s’élève à 11 dans les Landes et en Gironde, contre 10 dans le Bas-Rhin ou le Haut-Rhin. La moyenne nationale se situe à 4,8 par département, selon un calcul effectué par Forestopic.

D’après ces statistiques, qui apportent peu d’éléments de contexte, les personnes morales sont à l’origine de 89 % des plaintes enregistrées pour les délits d’exploitation forestière ou minière illégale.

C. C./Forestopic

Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable.

Publicité