Publicité

La Fédération nationale du bois appelle les pouvoirs publics à l’aide

La Fédération nationale du bois appelle les pouvoirs publics à l’aide

La FNB s’alarme de l’impact des inondations et des mouvements sociaux pour les entreprises de la filière.

 

« Les récentes conditions météorologiques ont provoqué de graves perturbations dans l’exploitation forestière et les mouvements sociaux ont entraîné des désordres dans les transports du bois »,

s’alarme la Fédération nationale du bois (FNB), dans un communiqué.

Plus de 800 communes viennent d’être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations de ces derniers jours. S’ajoutent des grèves et mobilisations sociales, notamment contre le projet de loi « travail ».

La FNB pointe « de graves incidences dans la trésorerie des entreprises » et des ruptures d’approvisionnement à venir, susceptibles de provoquer des mises au chômage technique.

Les scieries représentent l’activité « la plus concernée ». Celles spécialisées dans le chêne se situent en majorité dans les régions touchées par les inondations.

Dans ce contexte, la fédération professionnelle demande, au ministère du Travail et de l’Emploi, l’établissement d’une convention nationale pour soutenir la filière.

De plus, elle sollicite l’Office national des forêts (ONF) sur deux points. D’une part :

« Le report gratuit de 6 mois pour l’exploitation des coupes de bois. »

D’autre part :

« Le décalage des délais de paiement de ces coupes afin de ne pas provoquer de crise de trésorerie dans ce contexte tendu. »

La FNB rassemble 1 750 entreprises, totalisant 50 000 collaborateurs et un chiffre d’affaires de 5 milliards d’euros. Elle représente 95 % des industries de la première transformation.

La rédaction/Forestopic

Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable.

Publicité