Publicité

Un guide pour conjuguer respect des sols et productivité lors des travaux forestiers

Extrait de la couverture de PraticSols
Un guide pour conjuguer respect des sols et productivité lors des travaux forestiers

Mobiliser du bois tout en préservant le sol des forêts, c’est l’objet de la nouvelle publication PraticSols.

 

Sans une logistique dédiée, les engins utilisés lors des travaux forestiers sont susceptibles d’abîmer les sols, sujets à des tassements ou à la création d’ornières. D’où le vade mecum que publient l’Office national des forêts (ONF) et la Fédération des entrepreneurs des territoires (FNEDT), PraticSols. Guide sur la praticabilité des parcelles forestières.

L’ouvrage définit la praticabilité comme « le fait de pouvoir accéder à une zone autorisée à la circulation des engins forestiers sans dommage à l’environnement forestier (sol, peuplement…) à court, moyen et long termes ».

Organiser la circulation sur les chantiers forestiers

Le recours aux cloisonnements ressort comme une règle d’or ; ces voies de circulation permettent de circonscrire le passage des véhicules lors de l’abattage ou du débardage du bois. Elles nécessitent une coordination entre les intervenants d’un chantier.

PraticSols émet 23 recommandations. Par exemple, le classement des zones forestières en fonction de la sensibilité des sols, la définition de seuils d’alerte sur les profondeurs des ornières, le dépôt de rémanents sur les cloisonnements, ou le tri des bois sur la place de dépôt en vue de limiter le nombre de passages.

Conditions météorologiques, nombre de roues…

Les conditions météorologiques sont à prendre en compte. Cela peut se faire en aménageant le temps de travail ou en se tournant vers « des chantiers de repli ». Car l’humidité rend le sol plus sensible au tassement. S’il est saturé en eau, des ornières profondes peuvent survenir.

Quant aux machines, l’augmentation du nombre de roues et de la largeur des pneus, sans que cela conduise à « charger plus », contribue à limiter la pression exercée sur les sols.

Câbles aériens, débusquage à cheval

Des techniques s’avèrent quasi dénuées d’impact pour les sols. C’est le cas du débardage par câbles aériens, utilisables en terrain plat, ou du débusquage (première phase du débardage) par des chevaux.

Le débardage de bois par câble aérien se pratique en forêts de montagne et aussi en terrain plat (crédit photo: FCBA)
Le débardage de bois par câble aérien se pratique en forêts de montagne et aussi en terrain plat (crédit photo: FCBA)

Autant de pratiques qui concernent les propriétaires et gestionnaires forestiers, les entrepreneurs de travaux forestiers et leurs salariés, ainsi que les acheteurs de bois.

L’ouvrage se consacre aux forêts de plaine, de collines et piémonts (hors forêts de montagne). Réalisé en collaboration avec l’institut FCBA, le Centre national de la propriété forestière (CNPF) et un comité de suivi de professionnels, il vient dans le prolongement d’un précédent guide sur le sujet, ProSol.

Diffusé gratuitement à 10 000 exemplaires avec un soutien de France Bois Forêt, PraticSols est aussi disponible en téléchargement.

C. C./Forestopic

Réagissez dans L’Agora+

Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable.

Publicité

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. En naviguant sur ce site, vous acceptez leur utilisation.J’ai compris En savoir plus