Le comité scientifique de l’ONF dresse les enjeux pour la forêt de demain

Comité scientifique de l'ONF
Le comité scientifique de l’ONF dresse les enjeux pour la forêt de demain

Changement climatique, transition énergétique, développement du numérique… les enjeux d’innovation sont nombreux pour l’Office national des forêts. Son comité scientifique pourrait voir ses missions s’élargir.

 

Le comité scientifique (CS) de l’Office national des forêts (ONF) vient de se réunir à Paris, ce 20 mai 2016. L’occasion d’esquisser de premières pistes de travail pour ce comité dont les membres viennent d'être renouvelés.

Cet organe consultatif pourrait voir ses missions s’élargir :

« La direction générale de l’ONF a exprimé son souhait de renforcer le rôle de conseil stratégique du CS au service de questions posées au niveau de tout l’établissement, et pas seulement en tant qu’instance évaluatrice externe des activités du département recherche développement innovation (RDI) de l’ONF »,

Myriam Legay, chef du département RDI de l’ONF, confirme :

« Il y a une volonté réaffirmée d’associer largement le comité scientifique à la stratégie de l’ONF pour en éclairer les décisions dans un contexte changeant, qu’il s’agisse du changement climatique ou du renouvellement des compétences et des générations au sein de l’établissement. »

Ceci alors que l’Office entame un tournant avec son nouveau contrat d’objectifs et de performance (COP 2016-2020).

Diagnostic sur la recherche-innovation

Les sujets ne manquent pas pour le comité d’experts. Avec d’abord un diagnostic à réaliser. Comme le souligne Meriem Fournier :

« Le comité scientifique effectuera un premier travail de réflexion sur l’adéquation entre les projets de la RDI de l’ONF et le Plan recherche et innovation 2025 filière forêt-bois, notamment pour identifier des manques. »

Le plan stratégique d’actions de l’ONF en matière de recherche développement innovation vient de démarrer, puisqu’il a été mis en place en 2015.

L’innovation pour la filière forêt-bois d’ici à 2025
Le plan recherche et innovation 2025 pour la filière forêt-bois explore des pistes pour financer la gestion forestière et la recherche-innovation dans le secteur. Ce rapport émet aussi 13 propositions en matière de recherche, développement, innovation, pour la décennie à venir. Ces propositions s’organisent en trois grandes priorités : appréhender l’amont forestier et l’aval des filières industrielles comme un tout, grâce à des « approches systémiques » ; développer les usages du bois dans une perspective de bioéconomie ; adapter les forêts au changement climatique et préparer les ressources forestières à un futur riche en services rendus par les écosystèmes, en lien avec la biodiversité. L’ONF est pressenti comme contributeur à plusieurs projets contenus dans ce plan.

Cinq axes structurants pour la forêt de demain

Le long terme fut aussi au rendez-vous de la réunion du 20 mai 2016, avec l’identification de sujets structurants, que le comité pourrait se voir confier, et portant des débats scientifiques. Dont cinq principaux, selon Meriem Fournier, également directrice d’AgroParisTech-Nancy :

1. La gestion des forêts se pense bien sûr sur les temps longs, mais dans des contextes climatiques et socio-économiques plus incertains que jamais.

2. Le rôle des forêts publiques et de leur gestion est à questionner au regard des politiques d’atténuation du changement climatique, de transition énergétique (demandant de mobiliser plus de bois) et de maintien de la biodiversité. Cela englobe aussi la complémentarité des services écosystémiques ou la bioéconomie.

3. La recherche et l’innovation dans l’aménagement forestier gagneraient à faire un détour par les sciences sociales. Cela implique de savoir communiquer, auprès des parties prenantes, sur les décisions prises par le gestionnaire forestier, autant que sur son savoir-faire technique.

4. La recherche et l’innovation dans les pratiques d’inventaire, de diagnostic, de prise de décision, de suivi de la gestion, de récolte, d’organisation logistique... sont à élaborer en concordance avec de nouveaux développements technologiques, notamment numériques.

5. L’engagement dans une sylviculture innovante s’insère dans un contexte de renouvellement des forêts, marqué par les incertitudes climatiques, l’abandon des herbicides, le déséquilibre sylvo-cynégétique.

Face à ces enjeux multiformes, dont certains sont émergents, le conseil scientifique de l’ONF n’exclut pas de « sortir du bois », en sollicitant l’organisation d’évènements pour faire connaître ses réflexions et ses travaux.

La rédaction/Forestopic

Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable.

Publicité