Il nous faut moins d’un an pour reconstruire la charpente de Notre-Dame (Michel Druilhe, France Bois Forêt)

La cathédrale Notre-Dame de Paris, le 23 avril 2019 (crédit photo: Forestopic)
Il nous faut moins d’un an pour reconstruire la charpente de Notre-Dame (Michel Druilhe, France Bois Forêt)

Emmanuel Macron s’est prononcé pour la restauration à l’identique de Notre-Dame de Paris, et donc avec du bois. Après la réalisation de maquettes de la charpente, les professionnels entendent proposer une nef plus résiliente que celle qui a brûlé.

 

Le président de la République, Emmanuel Macron, l’a déclaré à l’Agence France Presse, ce 9 juillet 2020, il a « la conviction » qu’il faut restaurer la cathédrale Notre-Dame de Paris et sa flèche à l’identique, et non imaginer une architecture contemporaine comme cela avait été envisagé, après l’incendie des 15-16 avril 2019.

Michel Druilhe, président de l’interprofession France Bois Forêt (FBF), se tient prêt pour la suite :

« Notre filière se met en ordre de marche pour proposer la conception d’une flèche géométriquement à l’identique, mais dont l’assemblage permet d’éviter les pièges à eau et les désordres qu’a connu la flèche de Viollet-le-Duc à cause de l’humidité. »

Le bois de la flèche restaurée se composerait chêne massif vert, tout comme celui de la nef. « Pour la nef, il n’y a pas de débat ; nous avons le savoir-faire pour réaliser les fermes en bois scié ou taillé », estime Michel Druilhe. Deux maquettes, réalisées en lien avec l’interprofession, en ont démontré la faisabilité. D’une part, des apprentis charpentiers des Compagnons du devoir ont fabriqué deux fermes de la charpente de Notre-Dame de Paris à l’échelle ¾. D’autre part, l’association Charpentiers sans frontières a construit une ferme de la charpente à l’identique, avec des méthodes du XIIIe siècle ; elle a, pour ce faire, travaillé avec neuf chênes de petit diamètre (35-45 cm) et du petit bois, fournis par des propriétaires privés et par l’Office national des forêts (ONF).

Pour Notre-Dame, des chênes suivis par GPS

« Une fois que la décision finale sera prise, il nous faudra moins d’un an pour la fabrication et le levage de la charpente de Notre-Dame, y compris de sa flèche. Nous pourrons mobiliser les bois, le temps du déroulement des études »,

poursuit Michel Druilhe.

La reconstruction de la cathédrale à l’identique nécessiterait 2 000 m3 de bois, provenant de 1 500 chênes, soit ce que produit la forêt française en 1h20, d’après FBF. Cela correspond à 0,083 % du chêne de qualité bois d’œuvre récolté en France en 2019.

Propriétaires forestiers et scieurs ont proposé d’offrir, de manière gracieuse, des chênes et la transformation du bois respectivement. FBF entend coordonner l’initiative en mobilisant des arbres de « toutes les régions de France », comme envisagé. Avec, à la clé, une cartographie de ces bois, assise sur une technologie de géo-positionnement par satellite (GPS).

C. C./Forestopic

Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable.

Publicité