Publicité

Six usines de la filière bois optent pour la biomasse (BCIAT 2016)

Les plaquettes forestières représentent plus de 50 % des combustibles utilisés à ce jour par les projets BCIAT (photo: droits réservés)
Six usines de la filière bois optent pour la biomasse (BCIAT 2016)

Dix lauréats de l’appel à projets pour la biomasse BCIAT viennent d’être désignés. Parmi eux, des industriels de la filière bois, fabricants de panneaux ou de granulés, un papetier.

 

La cuvée 2016 du BCIAT fait la part belle à l’industrie du bois et de ses dérivés. Plus d’un lauréat sur deux est actif dans ce secteur parmi les dix projets de chaufferies que viennent de sélectionner l’Ademe et le ministère de l’Environnement dans le cadre de cet appel à projets 2016 BCIAT (pour « Biomasse chaleur industrie agriculture tertiaire »).

Le dispositif BCIAT accorde des soutiens du fonds chaleur de l’Ademe à des projets de chaufferies biomasse produisant plus de 1 000 tonnes équivalent pétrole (tep)* par an à partir de biomasse. Pour la part d’approvisionnement issu de plaquettes forestières, ces unités doivent favoriser le bois-énergie issu de forêts certifiées (PEFC, FSC…).

Le ministère et l’Ademe déclarent dans un communiqué conjoint :

« La moitié des projets retenus sont directement liés au développement des industries de la filière bois. L’approvisionnement de leur chaufferie sera principalement assuré en autoconsommation des sous-produits générés. »

Le BCIAT agit donc, en partie, comme le révélateur d’une dynamique au sein de la filière bois.

Augmentation de production modernisation de sites

Ainsi, l’usine de panneaux de contreplaqué de Garnica Plywood, à Samazan (Lot-et-Garonne), doit accroître sa production pour atteindre 100 000 m3 par an. D’où un besoin plus important en énergie thermique qui a déclenché ce projet de nouvelle chaufferie biomasse.

De même, le projet biomasse de Danzer s’inscrit dans le cadre de l’extension de son usine de Souvans (Jura), où l’autrichien produit des placages en bois de feuillus.

Pour Alsapan, fabricant de stratifiés, il s’agit de remplacer, sur son site de Marlenheim (Bas-Rhin), cinq anciennes chaudières par une nouvelle unité. Celle-ci produira aussi un surplus visant à alimenter d’autres entreprises à proximité. Ici, Alsapan est co-lauréat avec Voltinov, société de R&D.

Également lauréat, le couple Panneaux de Corrèze-Dalkia, en vue d’une chaufferie sur le site de fabrication de panneaux en fibre de bois de moyenne densité (MDF) d’Ussel (Corrèze).

Quant au producteur de granulés de bois Moulin Bois Énergie (groupe Moulinvest), il prévoit une deuxième chaufferie bois, sur son site de Dunières (Puy-de-Dôme). La nouvelle installation, à l’instar de la première, doit s’alimenter à partir de plaquettes forestières.

La palme du plus gros projet revient à Saica Paper sur son site de Venizel (Aisne). Le groupe espagnol dédié au carton ondulé porte un projet de chaufferie de 24 000 tep par an issues de biomasse. Il compte ainsi transformer en énergie des déchets de bois et sous-produits industriels générés par ses process, soit 25 000 tonnes par an qui vont aujourd’hui en décharge.

Les quatre autres projets de chaufferies proviennent d’une diversité de secteurs. Ils sont portés par Codema (déshydratation de luzerne en Mayenne), Compte.R et Sanofi (site pharmaceutique dans le Puy-de-Dôme), Nass&Wind et Argile du Velay (production d’argile en Haute-Loire), et Airbus Safran Launchers aux Mureaux (Yvelines) qui doit développer Ariane 6, le futur lanceur spatial européen.

500 000 tonnes équivalent pétrole en 2018

Au total, les dix lauréats 2016 visent une production annuelle de près de 570 000 MWh à partir de biomasse, soit 49 000 tep par an.

C’est la huitième édition de l’appel à projets pour la biomasse BCIAT. À ce jour, 139 projets sont engagés et 66 unités en fonctionnement. Avec la réalisation des opérations en cours, l’ensemble totalise une production thermique de plus de 500 000 tep attendue en 2018, provenant de biomasse. Les plaquettes forestières représentent plus de la moitié des combustibles utilisés, sur un total de 1,5 million de tonnes estimées pour 2016, tous combustibles biomasse confondus.

Chrystelle Carroy/Forestopic

* Une tonne équivalent pétrole (tep) correspond à 11,63 MWh.

Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable.

Publicité

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. En naviguant sur ce site, vous acceptez leur utilisation.J’ai compris En savoir plus