Publicité

Projet de village olympique Paris 2024

Les Jeux olympiques 2024: une chance pour la filière bois

 

Avec la construction du village olympique en bois pour les JO 2024, les enjeux sont de taille pour la filière bois et les entreprises du secteur. Sollicitées par Solidéo, elles devront répondre aux appels à projets dès 2019.

Avec la construction du village olympique en bois, les entreprises françaises du bois ont la possibilité de participer à ce projet de grande ampleur. Depuis la désignation en septembre 2017 de Paris comme ville hôte des Jeux olympiques et paralympiques de 2024 par le Comité international olympique (CIO), l’organisation se met en place, notamment avec l’installation officielle de Solidéo, la Société de livraison des équipements olympiques et paralympiques, en mars 2018.

Le village olympique se veut un modèle de développement durable

Bien que Paris possède 95 % des équipements nécessaires à l’organisation des JO 2024, 39 projets d’infrastructures doivent être livrés avant l’automne 2023. Solidéo a été créé à cet effet en décembre 2017.

À ce jour, les deux projets de constructions neuves concernent le centre aquatique et le village olympique. Ce dernier a pour vocation d’accueillir 17 000 athlètes dans un écoquartier s’étendant sur 51 hectares entre l’île Saint-Denis, Saint-Ouen et Saint-Denis, en Île-de-France.

Dans une optique de développement durable, le bois a tout pour répondre aux attentes du maître d’ouvrage du village olympique, l’établissement public territorial (EPT) Plaine Commune. Car les organisateurs souhaitent faire des JO 2024 l’édition la plus durable de l’histoire, en réduisant de 55 % l’empreinte carbone par rapport aux JO de Londres en 2012. Pour cela, le projet du village olympique impliquerait la construction de 100 % de bâtiments passifs ou à énergie positive, l’utilisation de 100 % de matériaux biosourcés et d’énergies renouvelables. C’est ainsi que l’agence d’architecture Dominique Perrault l’imagine. Le coût de ces travaux est estimé à 1,5 milliard d’euros. Et le ministre chargé de la forêt, Stéphane Travert, a laissé entrevoir l’idée d’un village olympique en bois, dès début 2018.

À terme, les habitations seront transformées en 3 500 appartements dans des immeubles de sept étages en moyenne.

Les TPE et PME locales ne sont pas oubliées

Afin de soutenir les petites et moyennes entreprises locales, Solidéo a adopté, le 5 juillet 2018, la « Charte en faveur de l’emploi et du développement territorial ». Selon cette charte, les TPE et PME locales participeront à hauteur de 25 % dans les réalisations prévues, ce qui correspondrait à 700 000 euros sur les 3,3 milliards d’euros du budget consacré à la piscine olympique ainsi qu’aux villages des athlètes et des médias. Près de 250 000 emplois seraient créés, plus particulièrement dans le secteur du bâtiment.

Sur un marché où la concurrence est rude, Solidéo attend des entreprises françaises qu’elles présentent des projets innovants et respectueux de l’environnement tout en prenant en compte les délais de livraison. Céline Terrier-Laurens, directrice du pôle ambition écologique et héritage à Solidéo, encourage les entreprises et les start-ups à se rapprocher des grands groupes du BTP pour répondre aux attentes. D’après Céline Terrier-Laurens, les appels à projets seront lancés dès 2019.

Le village olympique, une opportunité pour structurer l’offre de la filière bois

Sur ce projet de construction et d’aménagement en bois, les entreprises ont une opportunité à saisir. Leur implication dans le village olympique leur permettrait de gagner en notoriété et de se développer davantage, particulièrement pour les start-ups de l’économie sociale et solidaire (ESS), nettement attendues par Solidéo.

Les réalisations mettront ainsi en valeur les compétences et le savoir-faire français tout en mettant en avant les innovations bois. Du point de vue de la filière bois, l’engagement des entreprises dans ce projet favorisera leur visibilité et la structuration de l’offre, notamment à travers l’investissement et l’amélioration de leurs performances économiques, énergétiques et environnementales.

Eugénie Barba (Francîlbois)



Bienvenue dans L’Agora,
espace d’expression et de débats des lecteurs et des partenaires éditoriaux de Forestopic.

Pour proposer un article, contactez-nous.

Grivoiseries
Rubrique humoristique et satirique de la forêt et du bois


Publicité

Recevez toutes les actualités forêt-bois et arbres:

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Publicité

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. En naviguant sur ce site, vous acceptez leur utilisation.J’ai compris En savoir plus