Publicité

Le châtaignier est présent sur plus de 700 000 hectares en France (crédit photo: Anne Geneix/CNPF)

Une nouvelle dynamique pour le châtaignier, dans les forêts et dans la construction bois

 

L’arbre à pain a besoin de l’homme pour fournir des fruits et du bois de qualité. Dans son numéro de décembre 2019, Forêts de France fait le point sur les atouts et faiblesses du châtaignier, troisième essence feuillue des forêts françaises.

Depuis des millénaires, le châtaignier est un grand serviteur de l’espèce humaine. En France, ce lien privilégié s’est distendu après la Seconde Guerre mondiale. Le castanéiculteur, l’agriculteur, l’apiculteur et le sylviculteur ont pris de la distance les uns par rapport aux autres. Souvent livré à lui-même, le châtaignier a continué à produire du bois, du miel et des fruits, mais sa générosité s’est ralentie. L’arbre à pain, que l’on pourrait croire immortel tant sa propension à « repartir » est grande, montre aujourd’hui d’évidents signes de fatigue.

En France métropolitaine, le châtaignier est omniprésent, à l’exception des grandes régions écologiques calcaires. Du nord au sud, dans l’ouest et le centre, il est présent sur plus de 700 000 hectares. Avec 128 millions de m3 de bois sur pied, c’est la troisième essence feuillue, derrière le chêne et le hêtre. En raison de sa gestion fréquente en taillis, cette ressource est jeune mais sa santé, fragile. Le châtaignier détient un record de mortalité ; il représente 20 % du volume total de bois mort et chablis recensés par l’inventaire forestier dans nos forêts.

Une essence présente en majorité en forêt privée

Les maladies et le changement climatique expliquent en partie ce dépérissement ; l’inaction de l’homme ou ses choix de culture contribuent à l’accélérer. Les taillis de châtaignier ont beau rejaillir après avoir été rasés pour produire du piquet, les souches ne sont pas immortelles et finissent par s’épuiser, surtout si les rotations sont courtes. À l’inverse, l’inaction augmente les risques sanitaires. Avec le châtaignier, impossible de se reposer. L’arbre, qui peut produire du bois d’œuvre de qualité en deux fois moins de temps que le chêne, a besoin d’une gestion dynamique.

Les sylviculteurs n’ont pas baissé les bras. La forêt privée, qui possède 93 % des surfaces de châtaignier, travaille depuis plus de 30 ans sur l’amélioration de la sylviculture du châtaignier. Forêts de France présente, dans son numéro de décembre, le travail réalisé par ce groupe qui associe les compétences de l’Institut pour le développement forestier (IDF-CNPF), de l’INRA et de FCBA. Un effort d’ampleur a également été réalisé en aval pour normaliser les usages du châtaignier dans la construction.

L’inventivité des entrepreneurs sert le châtaignier

Depuis le sylviculteur jusqu’au prescripteur bois, la filière du châtaignier peut donc s’appuyer en France sur un réseau de fans inconditionnels. Quand on aime le châtaignier, c’est souvent pour la vie mais, en aval aussi, l’inaction n’apporte rien de bon. Nombre de scieries qui transformaient le châtaignier ont disparu au cours des 20 dernières années. Les marchés du parquet et du lambris ont chuté.

L’essence reste à flot grâce à l’incroyable polyvalence du matériau et à ses qualités de durabilité. Ses produits d’aménagement extérieur s’exportent en Scandinavie pour remplacer les résineux locaux traités et on voit émerger en France de petits marchés de tuiles en bois dix fois plus isolantes que la terre cuite. L’inventivité des entrepreneurs sert aussi le châtaignier. C’est le cas de la scierie bretonne Rahuel qui a su faire une place à cette essence sur le marché du bardage extérieur.

Pascal Charoy (Forêts de France)



Bienvenue dans L’Agora,
espace d’expression et de débats des lecteurs et des partenaires éditoriaux de Forestopic.

Pour proposer un article, contactez-nous.

Grivoiseries
Rubrique humoristique et satirique de la forêt et du bois


Publicité

Recevez toutes les actualités forêt-bois et arbres:

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
6
7
8
9
10
11
12
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27

Publicité