Publicité

Les météorologistes prédisent que les épisodes de sécheresse seront de plus en plus nombreux

Choyer nos forêts fragilisées par le climat

 

La décennie la plus chaude depuis plus d’un siècle a fragilisé la forêt française. Dans son numéro de janvier-février 2020, Forêts de France fait le point sur les récentes crises sanitaires et présente le défi que constitue l’adaptation de nos forêts au changement climatique.

Depuis 20 ans, la forêt française se trouve périodiquement confrontée à des situations de crise. Les tempêtes Martin et Lothar ont frappé en 1999, puis ce fut Klaus en 2009. Depuis 2018, une épidémie de scolytes favorisée par la sécheresse produit les mêmes effets : du bois mort inonde les marchés, fait chuter les cours et impose un renouvellement prématuré des peuplements.

Les météorologistes prédisent que ces épisodes de sécheresse seront de plus en plus nombreux. Le manque d’eau associé à la hausse des températures produit un effet boule de neige : il affaiblit les arbres et favorise le travail des ravageurs, tels les scolytes. Le réchauffement facilite la reproduction de ces insectes et leur installation dans des régions autrefois inhospitalières. Depuis les années 1990, la chenille processionnaire du pin progresse vers le nord ; elle est devenue un indicateur du changement climatique.

Des crises à répétition pour les forêts

Dans son premier numéro de l’année 2020, la revue Forêts de France revient sur ces crises sanitaires qui frappent durement les forêts françaises.

L’épidémie de scolytes a nécessité des coupes à blanc exceptionnelles pour limiter sa propagation. Le chêne pédonculé et le pin sylvestre ont vécu un été de souffrance dans le centre du pays. Dans l’est, les sapins ont rougi sous les effets des dernières canicules. Dans l’est encore, au cœur de l’été, les observateurs avertis auront remarqué les difficultés du hêtre. Au sud, pins sylvestres et chênes pubescents encaissent de plus en plus mal la récurrence des périodes caniculaires.

Sans aller jusqu’à des conséquences radicales, la sécheresse du sol limite la croissance des arbres. À terme, le climat influera sur la production de bois. Certes, l’augmentation de la concentration du CO2 atmosphérique stimule la photosynthèse, mais les stress hydriques répétés annuleront cet effet positif.

Avec le changement climatique, un chantier sans précédent

L’adaptation naturelle est en marche. Les arbres migrent vers le nord, mais pas assez vite. Le chêne vert, qui se déplace au rythme de 100 mètres par an, devrait aller cent fois plus vite pour suivre l’évolution du climat. C’est donc à l’homme d’accompagner ce mouvement et Forêts de France présente les défis auxquels les forestiers vont faire face.

La filière forêt-bois devra s’adapter aux nouvelles contraintes climatiques : substitution d’essences, nouvelles sylvicultures, difficultés d’exploitation avec des hivers plus humides et une saison de végétation allongée, risques accrus d’incendie en forêt. La filière sait effacer les stigmates d’une tempête en plantant des arbres ou en accompagnant le travail de la nature. Cette fois, le travail exigé est autrement plus compliqué et les enjeux énormes : il faut garantir la capacité de production de la forêt, faire valoir son rôle stratégique dans l’atténuation du changement climatique et expliquer au public cette nécessaire adaptation.

Pascal Charoy (Forêts de France)



Bienvenue dans L’Agora,
espace d’expression et de débats des lecteurs et des partenaires éditoriaux de Forestopic.

Pour proposer un article, contactez-nous.

Grivoiseries
Rubrique humoristique et satirique de la forêt et du bois


Publicité

Recevez toutes les actualités forêt-bois et arbres:

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
8
9
10
11
12
13
14
15
16
18
19
20
21

Publicité