Publicité

En Gironde, le premier site de France «labellisé pour les bains de forêt»

Bain de forêt organisé par le département de la Gironde (crédit photo: Sandrine Koeune)
En Gironde, le premier site de France «labellisé pour les bains de forêt»

Le département de la Gironde vient d’organiser son premier bain de forêt « officiel ». La collectivité table sur les bienfaits attribués à la sylvothérapie.

 

Le département de la Gironde (Nouvelle-Aquitaine) annonce qu’il vient d’obtenir une labellisation de l’espace naturel sensible (ENS) d’Hostens Gât Mort en tant que site dédié à la pratique des bains de forêts. Une reconnaissance délivrée par la Société internationale de médecine nature et forêt (International Society of Nature and Forest Medicine, Infom) – Forestopic a tenté sans succès de joindre l’Infom pour ce présent article.

Selon le département, propriétaire de la forêt concernée, il s’agit du « premier site français labellisé pour les bains de forêt », hérités de la pratique appelée Shinrin Yoku en japonais.

Au moins deux bains de forêt par mois

La collectivité s’engage ainsi à organiser, chaque mois, au moins deux sessions de sylvothérapie. Elle entend les proposer gratuitement à tous publics, et en particulier aux personnes accompagnées par ses services (en situation de précarité ou de handicap, par exemple).

Dans cette démarche, la Gironde s’est entourée de l’expertise de Pascale d’Erm, auteur, réalisatrice, car elle est « certifiée en tant que guide de Shinrin Yoku et travaille sur cette nouvelle science en pleine émergence ».

La première de ces sorties girondines vient de se tenir le 3 juin 2021. Pour l’heure, c’est Pascale d’Erm qui les anime, ou bien c’est un autre guide, « qui a été formé » ; une troisième personne est en cours d’apprentissage.

Un protocole multifactoriel

Le domaine d’Hostens Gât Mort, situé dans le parc naturel régional des Landes de Gascogne, a fait l’objet d’un protocole et d’une expérimentation conduits par Bernadette Rey, présidente de l’Infom Canada, avec la participation d’un groupe témoin de 15 agents volontaires du département, précise la collectivité. Pour le choix du site, une analyse multifactorielle a pris en compte « la qualité paysagère et forestière du lieu, l’analyse des facteurs biotiques et abiotiques, ainsi que l’étude de l’impact thérapeutique du lieu sur la santé physique et émotionnelle des participants, à travers des questionnaires individuels complétés en amont et aval de chaque marche en forêt et des relevés de paramètres physiques (à l’aide d’un tensiomètre avant et après chaque activité et au moins 5 jours avant la certification) ».

Ce faisant, le département table sur les bienfaits attribués à ces cures forestières : « Renforcement du système immunitaire, augmentation des capacités respiratoires, atténuation des symptômes d’hyperactivité ou des troubles anxieux, accroissement du bien-être et des émotions positives. » Et d’ajouter : « Si cette pratique est également connue dans d’autres cultures, c’est au Japon qu’elle a pris le plus d’importance dans le cadre de la médecine préventive. »

Impulser un réseau de professionnels

Dans son élan, la Gironde prévoit de faire de l’ENS d’Hostens Gât Mort un site de recherche et d’expérimentation sur la thématique « nature et santé », et d’impulser un réseau rassemblant des professionnels de la santé, de l’accompagnement social, de l’éducation à l’environnement, ou encore des ressources humaines.

C. C./Forestopic

Autour du sujet : nos articles qui traitent de santé et bien-être

Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable.

Publicité