Publicité

Export des grumes: le SFB attaque en justice l’instruction technique

Export des grumes: le SFB attaque en justice l’instruction technique

Le Syndicat de la filière bois (SFB) attaque en justice les modalités de certification phytosanitaire à l’export des grumes, établies par le ministère de l’Agriculture et de la Forêt.

 

Le Syndicat de la filière bois (SFB) annonce qu’il a déposé un référé, le 4 juillet 2016, devant le tribunal administratif de Paris, contre les modalités de certification phytosanitaire à l’export des grumes.

Ces méthodes de certification relèvent d’une instruction technique de la direction générale de l’Alimentation (DGAL) du ministère de l’Agriculture. Jusqu’au 30 juin 2016, une dérogation autorisait la pulvérisation du Forester. Depuis le 1er juillet, seuls sont autorisés l’écorçage, le traitement thermique, la fumigation (Profume) et le trempage.

Pour le SFB, ces dispositions reviennent à interdire l’export des grumes. Parmi les contrecoups de cette situation, le syndicat pointe « l’arrêt des achats de bois sur pieds des coupes de bois de qualité secondaire et l’annulation de nombreuses exploitations ».

Selon Charlie Mola, vice-président du SFB :

« Le bois qui part à l’export concerne des qualités secondaires qui ne trouvent pas preneur en France. Nos clients asiatiques refusent le bois écorcé, car après six semaines dans un conteneur, des champignons s’y développent. Nous menons, depuis plusieurs mois, un travail collégial avec le syndicat des fumigateurs et le ministère de l’Agriculture sur le traitement thermique à 56 °C, mais le protocole n’est pas validé. »

Quant au Profume, il est jugé toxique par la profession.

Le SFB demande une dérogation supplémentaire jusqu’à fin 2016, le temps de mettre au point les nouvelles méthodes appliquées aux grumes.

Le Syndicat de la filière bois, créé en mars 2016, représente quelque 150 entreprises, dont des tonneliers, des scieries, ou encore des exploitants forestiers, et 4 000 emplois directs.

La rédaction/Forestopic

Mis à jour le 4 juillet 2016

Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable.

Publicité