Publicité

Le prix des forêts a connu des hausses en 2015

Foret
Le prix des forêts a connu des hausses en 2015

Hausse des transactions, évolution des prix de vente, le marché des forêts connaît un regain de dynamisme. La valeur totale des transactions réalisées en 2015 s’élève à 1,16 milliard d’euros et s’accroît de 6,5 % comparée à 2014.

 

L’indicateur 2016 du marché des forêts en France reprend des couleurs après une période de stabilité. Les forêts ont gagné en valeur en 2015, selon cet indicateur présenté par la Société forestière (Caisse des Dépôts) et la Fédération nationale des Safer – sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural.

Le prix moyen des forêts observé au cours de l’année 2015 a progressé de 2,8 % avec des valeurs moyennes des transactions de 4 040 euros par hectare. Quelque 90 % de celles-ci varient très largement, et s'établissent entre 650 et 11 700 euros par hectare. La baisse continue des taux d’intérêt semble être à l’origine de l’augmentation du prix moyen.

Prix moyen des forêts en euros par hectare (2015)
Le prix moyen des forêts s’élève à 4 040 euros par hectare en 2015 (Crédit de l’illustration : Forestopic. Source des données : Société forestière/Safer)

L’ensemble des régions sont concernées. La hausse est de 2 % dans le Nord-Bassin parisien avec le prix le plus élevé du territoire national, à 6 070 euros par hectare. Dans l’Ouest, le prix à l’hectare s’établit à 5 230 euros et à 4 630 euros dans l’Est. Les prix les moins élevés sont pratiqués dans le Massif Central et le Sud-Ouest, à 2 490 et 2 600 euros par hectare, avec des hausses de respectivement 1 et 3 %. Dans la région Alpes Méditerranée-Pyrénées le prix des forêts gagne 9 % en 2015 à 3 600 euros/ha après avoir perdu 21 % entre 2008 et 2014.

Le marché tiré par les petites forêts

Les biens de 1 à 10 hectares soutiennent la progression du marché. Le nombre total de transactions s’élève à 16 040, soit une évolution de 6,4 % d’une année sur l’autre

Le recul des transactions pour les forêts couvrant plus de 100 hectares est notable avec un repli de 8 %, à 110 transactions. Les surfaces échangées, 20 600 hectares, représentent 30 % de moins que l’année précédente. Il semble cependant que si la demande pour ces surfaces existe, l’offre est faible, a souligné Gilles Seigle, président-directeur général de la Société forestière.

L’influence de la loi d’avenir
La progression du nombre de transactions réalisées entre 2014 et 2015 porte sur les biens non bâtis et les biens bâtis, en hausse respectivement de 4,3 % et de 14,2 %. Les biens forestiers bâtis de 1 à 2 ha enregistrent une hausse de 24 %. Cette progression est une conséquence de la loi d’avenir pour l’agriculture du 13 octobre 2014, selon l’indicateur, car elle renforce la transparence du marché foncier rural. Les biens ruraux mis en vente sont notifiés par les notaires à la Safer.

Complément d'info : Près de 109 500 ha de surfaces forestières échangées en 2015 (-3,4 %) – biens forestiers et biens mixtes (pdf).

Des évolutions déconnectées du prix du bois

L’analyse montre par ailleurs que jusqu’à la fin des années 1990, le prix des forêts était influencé par le prix du bois et celui des terres agricoles. Ce n’est plus le cas depuis 2000 et après les tempêtes de 1999, la forte volatilité du prix du bois ne se répercute pas sur le prix des forêts. Celui-ci est plutôt corrélé au prix haussier des terres agricoles.

Les premiers acteurs du marché restent les particuliers (personnes physiques non agricoles) avec quelque 40 % des surfaces achetées, devant les personnes morales agricoles et forestières et les agriculteurs.

Martine Chartier/Forestopic

Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable.

Publicité

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. En naviguant sur ce site, vous acceptez leur utilisation.J’ai compris En savoir plus