Publicité

Des forêts plus proches du public en Île-de-France

Exploitation d’une coupe en irrégulier en forêt régionale de Ferrières (crédit photo: Hellio-Van Ingen/AEV)
Des forêts plus proches du public en Île-de-France

Index de l'article

Face aux levées de bouclier provoquées par les coupes de régénération ou coupes rases, les forêts régionales et domaniales d’Île-de-France s’orientent vers une sylviculture plus douce, avec la futaie irrégulière.

 

Il est des régions où la forêt cristallise les passions. L’Île-de-France est de celle-là. Il n’est pas rare que les coupes de régénération, autrement appelées coupes rases ou coupes définitives, mettent le public en émoi, promeneurs, riverains ou associations. En témoigne Régis Allain, responsable forêts à l’agence Île-de-France est de l’Office national des forêts (ONF) :

« Quand on enlève tous les arbres pour une coupe définitive, on le fait alors qu’ils sont les plus beaux, les plus gros. Lorsque cela déclenche une manifestation tous les matins, avec des moratoires, des reports, on ne fait plus de sylviculture. Or, dans notre âme de forestier, nous souhaitons que la forêt serve à quelque chose et qu’elle se maintienne. Pour qu’une forêt produise du bois, il faut récolter, puis la renouveler pour que mon successeur ait une forêt au moins aussi belle que celle que j’ai eue. Dans tous les cas, lorsque nous coupons des arbres, nous replantons. »

Ce peu d’acceptabilité sociale a déclenché un virage à 180° dans la gestion des forêts publiques franciliennes – régionales et domaniales –, à commencer par la partie est du territoire. La demande est d’abord venue de l’Agence régionale des espaces verts (AEV), propriétaire de plus de 10 000 ha de forêts périurbaines et espaces boisés. L’ONF, gestionnaire, prend acte. Cela se traduit par l’adoption de la sylviculture irrégulière, au gré des révisions des plans de gestion forestiers.

Engagée au début des années 2010, cette approche s’avère confirmée par le nouvel exécutif de l’AEV qui précise : « La futaie irrégulière est maintenue par principe, mais ponctuellement d’autres modes de gestion peuvent être envisagés pour prendre en compte des contraintes locales. Il n’y a pas de dogmatisme sur ce sujet au sein de l'agence régionale. »

La futaie irrégulière s’appuie sur un renouvellement en douceur de la forêt ; au sein d’un même peuplement, se côtoient des arbres grands et petits, jeunes et vieux. Par contraste, la sylviculture dite régulière travaille plutôt à l’échelle d’une parcelle où tous les arbres appartiennent à la même classe d’âge.

« Une révolution culturelle chez le forestier »

« C’est une révolution culturelle chez le forestier, nous confiait Éric Goulouzelle début 2016, alors qu’il était directeur général par intérim de l’AEV. La décision est entre les mains du technicien qui tient le marteau, en lien avec l’évolution particulière d’un arbre ou d’un groupe d’arbres. La finalité étant d’obtenir une régénération naturelle des forêt. »

Pour l’AEV, cette mutation est concomitante d’une autre, la démarche de certification FSC.

Claire Nowak, chargée de mission sylviculture à l’AEV, précise :

« Nous panachons toujours les essences-objectifs quand on travaille en irrégulier. Ainsi, dans une parcelle, nous travaillons au profit d’une essence principale (le chêne) et d’essences secondaires (le bouleau, le charme, l’alisier...), hiérarchisées en fonction du sol de la parcelle. Cela permet de favoriser de beaux alisiers quand on en trouve, pour diversifier. »

Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable.

Publicité

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. En naviguant sur ce site, vous acceptez leur utilisation.J’ai compris En savoir plus