Publicité

Hervé Le Bouler élu vice-président de PEFC France. FNE rompt avec sa politique de la chaise vide

Hervé Le Bouler, responsable des politiques forestières à FNE
Hervé Le Bouler élu vice-président de PEFC France. FNE rompt avec sa politique de la chaise vide

France Nature Environnement réintègre le conseil d’administration de PEFC France. Hervé Le Bouler, responsable forêts de FNE, y représente le réseau associatif.

 

Cela faisait 1,5 an que France Nature Environnement (FNE) ne participait plus à la gouvernance de PEFC France. La fédération d’associations environnementales tourne aujourd’hui le dos à cette politique de la chaise vide au sein de l’organisation de certification forestière.

Réuni en conseil d’administration le 15 juin 2017, PEFC France vient d’élire son second vice-président en la personne d’Hervé Le Bouler, responsable des questions forestières de FNE.

Relative continuité au bureau de PEFC France
À l’exception du poste de second vice-président qui était vacant, les membres du bureau de PEFC France viennent tous d’être réélus :
– président : Marc-Antoine de Sèze (Fransylva) ;
– premier vice-président : Paul-Antoine Lacour (Copacel) ;
– second vice-président : Hervé Le Bouler (FNE) ;
– trésorier : Pierre Grandadam (FNCOFOR) ;
– secrétaire : Caroline Berwick (Fédération nationale du bois, FNB).
Par ailleurs, Matthieu Prévost, en tant que représentant de l’Union des industries de l’impression et de la communication (UNIIC), fait son entrée au collège des industriels de PEFC France.

« La certification forestière doit faire plus que la loi »

FNE s’était mis en retrait de PEFC France, car « nous avions l’impression que les choses n’avançaient plus », confie Hervé Le Bouler. Et d’ajouter :

« En France, la loi garantit déjà la gestion durable des forêts, la certification doit faire plus sinon elle n’apporte rien. La certification, ce doit être un gage de haute qualité de gestion environnementale et paysagère, bien plus un signe de qualité de produit et de production qu’une simple garantie d’absence de gestion non durable. »

Aujourd’hui, l’association change donc de stratégie. Hervé Le Bouler signale :

« Plutôt que de rester à l’extérieur du dispositif en protestant, nous préférons être à l’intérieur en vue de discuter, en restant fermes sur nos positions, et de bonne volonté. »

Dans la même veine, FNE – présidé par Michel Dubromel depuis avril 2017 – se porte candidat à un poste d’administrateur au sein de FSC France, ce qui pourrait intervenir à partir de 2018.

Coupes rases, « forêt industrialisée »

Au sein de PEFC France, FNE entend faire avancer ses idées sur la gestion des forêts. Hervé Le Bouler affirme :

« Nous considérons que les coupes rases doivent peu à peu s’arrêter, qu’elles n’ont plus leur place au XXIe siècle dans un contexte de changement climatique. Notamment parce qu’elles mettent les sols forestiers en pleine lumière et provoquent ainsi des relargages de carbone dans l’atmosphère. Certes, le sujet reste en discussion parmi les scientifiques. Nous souhaitons que cette question des coupes rases soit posée. »

Le responsable de FNE met aussi en exergue l’enjeu sociétal et paysager de cette pratique sylvicole qui consiste à ôter tous les arbres d’une même surface forestière :

« Si les citoyens n’aiment pas le paysage laissé par une coupe rase, leur point de vue ne peut être balayé d’un trait de plume. »

Un autre sujet litigieux pour FNE réside dans ce qu’Hervé Le Bouler appelle la « forêt industrialisée », composée d’une seule espèce d’arbres, tous de la même génération, autrement dit une forêt monospécifique et équienne.

Pépinière expérimentale, ONF, instances forêt-bois

Technicien forestier de formation, Hervé Le Bouler a été responsable de la pépinière expérimentale de Guémené-Penfao de 1976 jusqu’au début des années 2010 – ce pôle national des ressources génétiques forestières fut géré par l’administration, avant d’être transféré à l’Office national des forêts (ONF) en 2013. À l’ONF, Hervé Le Bouler s’est, de plus, intéressé aux relations entre climat et forêt, au sein du département recherche et développement.

À présent jeune retraité, Hervé Le Bouler est, depuis 2011, responsable des politiques forestières au sein de FNE. Il exerce, de plus, différents mandats : administrateur de PEFC International depuis 2014, membre du Conseil économique social et environnemental (CESE) depuis 2015.

Et il représente FNE au comité « gestion durable des forêts » du Conseil supérieur de la forêt et du bois, ainsi qu’au comité consultatif des forêts d’outre-mer de l’ONF. Cette dernière instance, récemment créée, vient de tenir sa première réunion, le 20 juin 2017.

PEFC compte, en France, plus de 8,2 millions d’hectares de forêts et 3 000 entreprises certifiés.

Chrystelle Carroy/Forestopic

Sur le même sujet : PEFC France, un espace de consensus (par Stéphane Marchesi, PEFC France)

Publicité

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. En naviguant sur ce site, vous acceptez leur utilisation.J’ai compris En savoir plus