«Des hommes et des arbres», une opération à 268 millions d’euros labellisée Investissements d’avenir

Présentation du programme «Des hommes et des arbres», le 17 septembre 2019. De gauche à droite: Myriam Legay (AgroParisTech), Pascal Jacob (Elysées Mogador), Sandrine Labrosse (Caisse des Dépôts), Éric Freysselinard (préfet de Meurthe et Moselle), André Rossinot (président du Grand Nancy), Philippe Eymard (vice-président de l’agglomération d’Épinal), Meriem Fournier (Inra-Grand-Est-Nancy)
«Des hommes et des arbres», une opération à 268 millions d’euros labellisée Investissements d’avenir

« Des hommes et des arbres » fait partie des 24 lauréats de l’appel à projets « Territoires d’innovation », désignés le 13 septembre 2019 par le Premier ministre Édouard Philippe, dans le cadre du programme Investissements d’avenir.

 

« Des hommes et des arbres, les racines de demain » reçoit 5,5 millions de subventions de la part de l’État. S’ajoute une enveloppe « potentielle » de 18,9 millions d’euros, sous la forme d’apports en capital de la Banque des Territoires (Caisse des Dépôts) ; pour cela, des négociations doivent s’ouvrir entre cet opérateur financier et les entreprises porteuses de projets. « Pour nous, un enjeu est de chercher d’autres sources de financement », prévient d’emblée Mathieu Ruillet, animateur de l’initiative. Car au global, « Des hommes et des arbres » porte un budget de 268 millions d’euros.

Coordonné par la métropole du Grand Nancy, en lien l’agglomération d’Épinal, « Des hommes et des arbres » catalyse les projets d’une centaine d’acteurs publics et privés – partenaires actifs ou soutiens – autour des enjeux socio-économiques et environnementaux de l’arbre forestier, urbain ou agroforestier. L’initiative s’appuie sur un ancrage territorial en sud Lorraine-Vosges du Nord (Grand Est).

Scieries, papetier, énergéticien : cap sur l’innovation

Parmi les projets, certains ont une teneur industrielle. Ainsi, la scierie Ciolli Frères prévoit la création d’une installation dans les Vosges, afin de valoriser du bois de hêtre de petit diamètre. La Société forestière docelloise compte se moderniser, avec des process 4.0, et développer la fabrication de produits de construction en hêtre, avec un assemblage innovant par picots, issu de travaux menés à l’École nationale supérieure des technologies et industries du bois (Enstib).

Le papetier Norske Skog Golbey se positionne sur la « chimie verte », pour la production d’ingrédients issus de coproduits du bois dédiés à l’alimentation, la cosmétique ou la nutraceutique (un vocable livrant la contraction de « nutrition » et de « pharmaceutique »).

L’énergéticien Engie Cofely et Haffner Energy projettent d’ouvrir, à Épinal-Golbey, une centrale de gazéification de la biomasse pour produire de l’hydrogène, à partir de sous-produits du bois (écorces, sciures) et de déchets de bois – d’autres projets du genre existent ailleurs, par exemple à Strasbourg.

Projets anti-tiques, construction bois et numérique…

Au sein de ce foisonnement, la start-up Néosylva pourrait tourner son activité vers le Grand Est. En collaboration avec l’INRA, l’Anses* et le Centre d’essais textile lorrain (Cetelor), la société 3F Innovation prévoit de développer des tissus contenant des molécules actives (chimiques ou biochimiques), notamment pour prévenir la maladie de Lyme transmise par les tiques. L’établissement de santé « Le Château » (Acoris), à Baccarat (Meurthe-et-Moselle), se voit en site démonstrateur des bienfaits thérapeutiques et sociaux des jardins et espaces arborés, en lien avec d’autres partenaires. Netlooks imagine des montures de lunettes sur mesure en acétate de cellulose. La plateforme numérique Cheznous.direct (Elysées Mogador) propose un projet Web afin que les particuliers configurent eux-mêmes, via une interface 3D, leur future maison à ossature en bois, tout en ayant accès à une mise en relation avec des entreprises prestataires.

Ce sont quelques-unes des 28 actions identifiées pour la labellisation. D’autres acteurs peuvent rejoindre l’aventure à tout moment. Ainsi, les partenaires ont, par exemple, reçu une manifestation d’intérêt de la part de Forest-Tract qui propose de développer une abatteuse à faible impact sur les sols forestiers.

« Construire une nouvelle culture du rapport à l’arbre »

Au-delà des projets territoriaux, « Des hommes et des arbres », se veut le vecteur d’un nouveau regard sur les arbres et le bois. Les projets ont pu évoluer depuis la présélection du programme, mais la philosophie de départ demeure. Mathieu Ruillet l’illustre :

« Nous avons pour vocation de construire une nouvelle culture du rapport à l’arbre afin que, dans 10 ans, quand des particuliers achètent une maison en bois, ils sachent qu’ils préservent les forêts, car ils contribuent à rémunérer les forestiers et la bonne gestion des forêts, et qu’il s’agit de bois local avec une traçabilité. »

Dans la même veine, des réflexions visent à impliquer le citoyen dans la gestion de l’arbre en ville, en lui donnant accès à un suivi géolocalisé du patrimoine arboré et de l’état de santé des arbres, ainsi que des prévisions de coupes dont la raison est expliquée. Avec, pourquoi pas, la possibilité pour le quidam de signaler des dépérissements.

Un lieu de médiation culturel sur la forêt

La prochaine étape ? Une association doit se constituer pour donner corps au programme. Une future maison « Des hommes et des arbres », dans les Vosges, a vocation à offrir un lieu de médiation culturel sur la forêt, ainsi qu’un espace de travail pour les start-ups.

Des projets sont susceptibles de démarrer en 2020 avec une vision à 10 ans. Les subventions devraient se consommer dans les 3-4 ans. Les levées de fonds sont attendues dans les 2 ans.

Chrystelle Carroy/Forestopic

* Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail.

Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable.

Publicité