Les bois touchés par les scolytes prendront-ils le train pour le sud-ouest de la France? Antoine d’Amécourt sonde le ministre Didier Guillaume

Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture (à droite), Antoine d’Amécourt, président de Fransylva (au centre), Frédéric Georges Roux, président de Fransylva Provence-Alpes-Côte d’Azur (à gauche), le 1er mars 2019 au salon de l’agriculture, à Paris
Les bois touchés par les scolytes prendront-ils le train pour le sud-ouest de la France? Antoine d’Amécourt sonde le ministre Didier Guillaume

Le devenir des épicéas atteints par les scolytes fut au menu d’une récente rencontre entre le président de Fransylva et le ministre de l’Agriculture. Des parlementaires aussi montent au créneau. L’Aquitaine a-t-elle besoin de ces bois ?

 

Cette partie de l’article est réservée à nos abonnés.
Vous êtes abonné ? 

Accédez à votre espace personnel :

 
• Vous n’êtes pas encore abonné ? Veuillez cliquer ici pour souscrire à une formule d’abonnement afin de consulter l’intégralité de cet article et tous nos contenus forêt, bois, arbre hors forêt.

Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable.

Publicité