Publicité

L’impact de la chalarose du frêne cartographié

Cartographie de l’impact de la chalarose en France, en zone contaminée. Pourcentage de frênes considérés comme très attaqués. Les points noirs matérialisent le plan d’échantillonnage
L’impact de la chalarose du frêne cartographié

La chalarose du frêne progresse en France. Le département de la Santé des forêts a localisé les arbres les plus touchés par ce champignon pathogène.

 

Plus de 30 % des frênes sont considérés comme très attaqués par la chalarose dans certaines forêts des Hauts-de-France, de Bourgogne-Franche-Comté et du Grand Est et, de manière limitée, en Auvergne-Rhône-Alpes. C’est ce qui ressort d’un recensement effectué en 2017 par le département français de la Santé des forêts et restitué sous la forme d’une cartographie.

Des correspondants-observateurs ont visité 300 frênaies et 7 000 arbres adultes ou subadultes au sein de forêts touchées depuis au moins 3 ans par le champignon pathogène Chalara fraxinea (ou Hymenoscyphus fraxineus dans sa forme sexuée). Ils ont porté leurs observations sur 20 arbres par frênaie.

Cette évaluation de la santé des arbres et de l’état de leur houppier se base sur deux indicateurs combinés, l’un sur la mortalité des branches et l’autre sur la perte de ramification.

Les experts y ont appliqué une méthode géostatistique (krigeage), en vue de situer les zones forestières « très attaquées » sur une carte.

Le recensement du dépérissement des frênes couvre 35 départements. Dans l’ensemble, il montre que la chalarose semble toucher les frênes d’une façon d’autant plus sévère que la détection de cette maladie de l’arbre est ancienne, dans un arc qui s’étend entre le nord et l’est de l’Hexagone.

Détection de la chalarose du frêne en France de 2008 à 2017 (crédit de l’illustration: département de la Santé des forêts MAA/SDQSPV)
Détection de la chalarose du frêne en France de 2008 à 2017 (crédit de l’illustration: département de la Santé des forêts MAA/SDQSPV)

« En 2017, la chalarose du frêne a peu progressé sur le territoire », selon le département de la Santé des forêts. Elle s’est avancée dans l’ouest du pays et, dans une moindre mesure, dans le sud « où le climat méditerranéen pourrait constituer un facteur limitant son installation », d’après la même source.

Pour autant, le frêne n’est pas en danger d’extinction, estiment Benoit Marçais et Claude Husson, respectivement directeur de recherche et ingénieur d’études à l’INRA. L’avenir de l’espèce passe sans doute par l’identification des individus qui se montrent tolérants à la maladie, « porteurs d’avenir pour les frênaies de demain », écrivent-ils dans The Conversation (article du 23 janvier 2017).

Essence feuillue pionnière, le frêne offre un bois mi-dur aux tons blanc, brun pâle ou gris, utilisé en construction, par exemple pour des bardages ou des lames de terrasse après traitement à haute température (THT), ou en intérieur pour les parquets ou des éléments d’agencement, de décoration.

Chrystelle Carroy/Forestopic

Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable.

Publicité

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. En naviguant sur ce site, vous acceptez leur utilisation.J’ai compris En savoir plus