Pour faciliter le reboisement, mobiliser le bois, des machines forestières qui innovent

Engin forestier (abatteuse Rottne H21D) équipé de tracks à tuiles plates et larges de type TXL Clark, visant à limiter la pression sur les sols (crédit photo: Andreas Astlund)
Pour faciliter le reboisement, mobiliser le bois, des machines forestières qui innovent

Pour faciliter la pousse des jeunes arbres forestiers, pour limiter les impacts des travaux forestiers sur les sols, ou encore pour sortir le bois coupé de la forêt, des engins forestiers non dénués d’innovation s’exposent en images.

 

Durant la crise du Covid-19, les vidéos forestières ne connaissent pas le confinement. Plusieurs d’entre elles, postées sur Internet, traitent d’innovations dans les engins et machines.

Entretien mécanisé des plantations forestières

Sylvinov présente un nouveau « déchaumeur forestier » appelé cover-crop non stop, sur le marché depuis quelques mois. Cet outil d’entretien, doté de quatre trains de disques, intervient après une plantation forestière. Une sorte de super-binette mécanisée qui vise à évincer la végétation concurrente et à faciliter ainsi la pousse des jeunes arbres.

Sébastien Éloir, gérant de la société landaise, en énonce les caractéristiques :

« C’est un cover-crop adapté à tout type de sols, notamment sablonneux ou argileux, et pouvant travailler en pente. Il comprend des intervalles entre chaque disque relativement rapprochés les uns des autres, en vue d’un travail de sol superficiel. »

Un système hydraulique détecte la pression exercée par d’éventuels obstacles (souches…) ; alors, les disques se relèvent de manière automatique. D’où l’appellation « non stop » ; il en résulte moins de casse et plus de productivité, d’après l’entreprise. Des décrottoirs peuvent venir en soutien, en vue d’écarter de la boue ou des souches qui risqueraient d’entraver la rotation des disques.

C’est la quatrième version de cover-crop que produit Sylvinov, basé à Labouheyre (Nouvelle-Aquitaine). Depuis ses ateliers, avec 12 collaborateurs et un bureau d’études intégré, le constructeur conçoit et fabrique des équipements forestiers ensuite écoulés par vente directe. À propos de cette mécanisation forestière, le dirigeant de Sylvinov commente :

« Que le propriétaire forestier veuille faire de la sylviculture douce feng shui ou plus intensive, c’est son choix, c’est une question d’objectif et de rendement. »

Des tuiles pour limiter les ornières

FCBA traite des tracks ou semi-chenilles à tuiles plates et larges. Ces équipements, utilisés en exploitation forestière, retiennent l’attention de l’institut pour leur capacité à réduire la pression exercée par la machine sur les sols, du fait d’une large surface de contact. Notamment, ils permettent de réduire la profondeur des ornières, avec un impact variable sur la consommation de carburant – à la hausse ou à la baisse selon la configuration du chantier forestier. Ces tracks, employés avec un porteur, représentent un coût direct d’utilisation de 0,91 euro par m3 en moyenne.

FCBA passe en revue les connaissances disponibles sur le sujet et signale qu’en Allemagne, il n’est pas rare que les entrepreneurs de travaux forestiers reçoivent une indemnisation lorsqu’une obligation leur est faite de recourir à ce matériel.

De plus, FCBA a identifié deux innovations qui maximisent la surface du track en contact avec le sol. L’une, en cours d’industrialisation et destinée aux terrains comportant peu d’obstacles, reproduit le comportement d’une chenille.

Nouvelle vie forestière pour vieux tracteurs reconditionnés

Dans un autre registre, Rémi Foucher reconditionne de vieux tracteurs agricoles des années 1970 . Ce propriétaire d’une centaine d’hectares de forêts en Seine-et-Marne détient ses propres machines et les expose sur la plateforme Youtube. Exemple avec le Deutz 6006. Comme l’explique celui qui est aussi secrétaire pour l’Île-de-France de la fédération de propriétaires forestiers privés Fransylva :

« Nous avons protégé le tracteur par des armatures pour le travail en forêt, l’avant est équipé d’un panier pour mettre le matériel – tronçonneuses, carburant, huile... La remorque est un arrière de camion, transformé pour contenir trois stères. »

Le parc de machines de Rémi Foucher comporte aussi un tracteur forestier restauré, ayant appartenu à l’Office national des forêts. Trois tracteurs ont ainsi trouvé une nouvelle vie dans la forêt francilienne, après une rénovation comprenant des protections renforcées, une signalisation et un système de filtration d’huile et gasoil adaptés, un nouveau système de freinage. Quatre autres engins sont en cours de transformation. Le forestier emploie un mécanicien, également en charge de la maintenance d’autres équipements de type remorque ou gyrobroyeur, et qui travaille en lien avec les ouvriers sylvicoles.

D’autres développements sont à venir. Sylvinov, par exemple, prépare une nouvelle planteuse mécanisée.

C. C./Forestopic

Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable.

Publicité