Publicité

Cerf élaphe en forêt de Chambord (crédit photo: François Lebourgeois)

Les cerfs en forêt ne sont-ils que des grignoteurs d’arbres?

 

Cerfs, et aussi chevreuils, sangliers, hérissons, castors, sont au centre d’un numéro thématique de la Revue forestière française. En quoi l’homme a-t-il contribué à l’expansion de la faune sauvage en forêt ? Comment réguler cette abondance ? Quelle est son influence sur les écosystèmes forestiers ? Quelles retombées socio-économiques ? Ce sont quelques-uns des questionnements abordés. 

À l’heure actuelle, le chevreuil et le sanglier sont présents dans la quasi-totalité des forêts françaises, et le cerf élaphe dans plus de la moitié de celles-ci. Le cerf, en particulier, peut occasionner des dégâts aux arbres en consommant, par exemple, leur écorce. Le sanglier (Sus scrofa) connaît également, depuis les années 1980, un développement presque exponentiel en France et dans la plupart des pays d’Europe, avec un impact sur la biodiversité forestière.

Comment réguler l’abondance des grands cervidés ? La chasse est-elle la seule réponse ? La reconquête des espaces naturels par les grands prédateurs, comme le loup, peut-elle moduler l’expansion démographique et géographique de cette grande faune ? La Revue forestière française consacre une édition spéciale au bestiaire forestier, suite à un colloque international, organisé les 26 et 27 mars 2019 au domaine national de Chambord. L’évènement venait conclure le projet de recherche interdisciplinaire Costaud pour « Contribution des ongulés sauvages au fonctionnement de l’écosystème et aux services rendus à Chambord », financé par la région Centre-Val-de-Loire.

Des chasses présidentielles au tourisme et à la science

Aménagé en domaine de chasses présidentielles à la demande de Georges Pompidou, le château de Chambord et son parc forestier, couvrant 5 440 hectares ceints de 32 km de murs, proposent une offre touristique. Terre de cerfs et de sangliers, l’ancien territoire royal devenu domaine national de Chambord (DNC) accueille aujourd’hui des promenades pédagogiques pour la découverte de la faune et de la flore.

La présence des ongulés sauvages est aussi au centre d’un projet scientifique, initié à l’occasion du projet d’établissement 2015-2020. Un partenariat a été mis en œuvre avec l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS, intégré depuis dans l’Office français de la biodiversité) et la Fondation François Sommer, avec la collaboration du Museum national d’histoire naturelle (MNHN) et l’institut Irstea (fusionné avec l’INRA dans l’Inrae). Le parc est également doté d’une valeur archéologique.

L’objectif de cette valorisation du patrimoine naturel, tel que le définissent les gestionnaires du DNC, n’est pas d’attirer autant de visiteurs dans la forêt que sur le château. Les travaux sur le domaine ambitionnent de « recoudre la plaie entre le château et le parc », d’après le directeur général du DNC. L’idée est de considérer que la forêt peut être également le lieu de rendez-vous culturels, tout comme le château devient le lieu de la valorisation d’activités nature. Dans cette nouvelle stratégie marketing, le tourisme de nature semble être nouveau. Ce mouvement a été impulsé par l’objectif d’arriver à un autofinancement total à l’horizon 2020.

De l’influence des grands herbivores sur l’écosystème forestier

Par ailleurs, les grands herbivores ont un impact sur la biodiversité végétale, notamment celle des plantes herbacées. En consommant certaines plantes, ils déterminent l’abondance, la composition et la structure de la végétation, une ressource à partager avec d’autres faunes pour se nourrir, se réfugier ou se reproduire. Ils participent aussi à la dispersion des plantes, à la régulation des flux d’eau et de nutriments dans les sols, avec des effets directs et indirects sur d’autres compartiments de l’écosystème forestier. Les grands herbivores forestiers sont susceptibles de récupérer et de disséminer passivement des graines dans leur pelage en se déplaçant dans la végétation et en s’alimentant.

Un observatoire participatif pour un diagnostic partagé : l’exemple des Cévennes

Dans les Cévennes (en Occitanie et Auvergne-Rhône-Alpes), à partir des années 1990, l’augmentation de la pression des ongulés sauvages – notamment des cervidés – sur les jeunes peuplements forestiers a constitué une source de préoccupation pour les propriétaires et les gestionnaires forestiers. Mais, l’insuffisance de données et l’absence de suivi commun rendaient difficile l’établissement d’un constat partagé. Il est apparu nécessaire de caractériser et de rechercher un équilibre agro-sylvo-cynégétique, défini par le Code de l’environnement (article L425-4) comme conciliant la présence d’une faune sauvage riche et variée avec la pérennité et la rentabilité des activités agricoles et sylvicoles. Pour répondre à ces enjeux, la création d’un observatoire partagé de l’équilibre agro-sylvo-cynégétique a été intégrée dans le projet de territoire du parc national des Cévennes (défini par sa charte) et approuvée en 2013. L’observatoire poursuit deux grands objectifs, la connaissance (collecte, valorisation des données…) et le dialogue (dispositif collectif et participatif de partage des informations et de communication).

De plus, un outil a été conçu et mis à disposition des forestiers pour leur permettre de signaler et décrire des dégâts de grand gibier constatés sur leur forêt. Ce système d’alerte permet de centraliser des données standardisées. Des travaux ont intégré une cartographie des peuplements forestiers sensibles à ces dégâts. Un partenariat avec l’Inrae pourrait aboutir à un outil de télédétection satellitaire pour suivre les peuplements ayant fait l’objet d’interventions sylvicoles engendrant une sensibilité à l’abroutissement.

Le numéro spécial de la Revue forestière française traite, de façon plus générale, du bestiaire associé à la forêt, en France et à l’international, dont l’ours, le hérisson ou encore le castor, et des interactions complexes entre ces animaux et les activités humaines.

D’après le numéro spécial « Habitats forestiers et forêts habitées ? », n° 4-5/2019 de la Revue forestière française, paru en mai 2020.



Bienvenue dans L’Agora,
espace d’expression et de débats des lecteurs et des partenaires éditoriaux de Forestopic.

Pour proposer un article, contactez-nous.

Grivoiseries
Rubrique humoristique et satirique de la forêt et du bois


Publicité

Recevez toutes les actualités forêt-bois et arbres:

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim

Publicité