Publicité

Nathalie Guesdon nommée sous-directrice adjointe forêt-bois et bioéconomie au ministère de l’Agriculture

Nathalie Guesdon, adjointe à la sous-directrice des filières forêt-bois, cheval et bioéconomie
Nathalie Guesdon nommée sous-directrice adjointe forêt-bois et bioéconomie au ministère de l’Agriculture

Avec un parcours à la croisée du changement climatique, de la biodiversité, des enjeux européens, Nathalie Guesdon est désormais à la manœuvre en matière de politique forestière.

 

Nathalie Guesdon est la nouvelle sous-directrice adjointe des filières forêt-bois, cheval et bioéconomie, au sein du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation. En poste depuis août 2017, elle succède à Nathalie Barbe.

Cette sous-direction ministérielle participe de la définition et de la mise en œuvre des politiques publiques dans ses domaines, au sein de la direction générale de la Performance économique et environnementale des entreprises (DGPE). Cela va du programme national de la forêt et du bois (PNFB) au soutien de projets innovants dans le secteur forestier.

Ingénieur en chef des ponts, des eaux et des forêts, Nathalie Guesdon a été formée à AgroSup Dijon (1996-1998) et à l’ENSAT, École nationale supérieure agronomique de Toulouse (1994-1996).

La quadragénaire entre au ministère de l’Agriculture en 2002, en tant que chargée de mission « agriculture biologique ». Entre 2006 et 2010, alors chargée de mission « agriculture et changement climatique », elle est partie prenante des négociations sur le climat, au niveau européen et international. Elle copilote un groupe d’experts européens sur l’agriculture et la forêt, au moment où la France tient la présidence tournante de l’Union européenne, en 2008.

Nathalie Guesdon part à Bruxelles en 2010, lorsqu’elle est nommée expert national détaché « agriculture et changement climatique » à la Commission européenne, en sa direction générale Agriculture et Développement rural. En 2012, elle revient à Paris, au ministère de l’Agriculture, pour prendre un poste de chargée de mission « biodiversité et ressources génétiques », notamment en lien avec les pratiques agricoles.

Les coulisses des négociations internationales, elle les connaît. Elle en a livré quelque ressort au Monde dans un article du 1er octobre 2013. Ainsi, les paroles de remerciements y sont de règle à chaque début d’intervention. « Une façon de désamorcer les tensions », a-t-elle décrypté auprès du quotidien.

De 2013 à 2015, Nathalie Guesdon dirige le bureau du foncier et de la biodiversité à la DGPE (dont l’acronyme est alors « DGPAAT »). L’occasion de travailler sur le maintien du foncier agricole et forestier, entre autres. En mai 2015, elle prend la tête du bureau changement climatique et biodiversité (DGPE). Outre le changement climatique et la biodiversité, elle a, sous sa coupe, des thématiques telles que la qualité de l’air, la transition énergétique, l’agroforesterie. Ce qui n’exclut pas des enjeux tels que la chasse et les paysages.

Avant tout cela, de 1998 à 2002, Nathalie Guesdon est enseignante au lycée agricole de La Germinière (en région Pays-de-la-Loire), auprès d’élèves en BTS technico-commercial, option produits d’origine forestière. Elle y conduit aussi un projet sur le développement durable.

Chrystelle Carroy/Forestopic

Reproduction interdite.

Publicité

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. En naviguant sur ce site, vous acceptez leur utilisation.J’ai compris En savoir plus