Disparition de Roger Lesbats, «pur produit de la forêt des Landes de Gascogne»

Roger Lesbats (photo: droits réservés)
Disparition de Roger Lesbats, «pur produit de la forêt des Landes de Gascogne»

Celui qui fut dirigeant de Lesbats, aujourd’hui l’une des dix premières scieries françaises, et président de la Fédération nationale du bois (FNB), a aussi réalisé un rapport tirant des conséquences et enseignements des tempêtes de 1999.

 

Roger Lesbats, ancien dirigeant de la scierie Lesbats, considérée comme la plus importante en Aquitaine, vient de s’éteindre, ce 29 août 2020, à l’âge de 91 ans.

La Fédération nationale du bois (FNB) annonce ce décès avec une « immense tristesse », rappelant l’engagement professionnel de ce « pur produit de la forêt des Landes de Gascogne ». Roger Lesbats a présidé la FNB entre 1991 et 1997. Il s’est aussi impliqué dans la gestion d’organismes de Mutualité sociale agricole (MSA) et de Sécurité sociale, ou encore au Centre technique du bois (intégré par la suite dans FCBA), dont il fut nommé président en 1978.

Formé en école de commerce à HEC et en droit à Bordeaux, il s’initie aux métiers de la scierie auprès de son père et de son oncle dans l’entreprise familiale, entre 1953 et 1958.

« C’était encore l’époque des scieries forestières que l’on déplaçait au hasard des coupes et du balbutiement de l’abattage mécanique et du transport à l’aide de matériel de guerre de récupération (GMC) »,

commente la FNB.

Durant près de 40 ans, Roger Lesbats travaille dans les établissements Lesbats.

De la famille, il hérite des affinités pour le bois et aussi pour une participation à la vie publique locale. À la suite du premier scrutin municipal de la Ve République, en 1959, il endosse la fonction de premier adjoint au maire jusqu’en 1971 à Léon, une commune landaise dont son père fut maire. Léon, c’est aussi son village natal qui accueille, de plus, le siège social de la société Lesbats. Créée en 1895, spécialiste du pin maritime, la scierie compte aujourd’hui trois sites de production et de stockage, tous situés dans les Landes (Nouvelle-Aquitaine).

Dans le cadre d’un mandat au Conseil économique et social (l’actuel CESE), Roger Lesbats a piloté, en tant que rapporteur, une étude datée de 2002 sur les tempêtes Lothar et Martin de décembre 1999, leurs conséquences pour la filière bois et les enseignements à en tirer. La tempête agit « comme accélérateur de l’histoire », peut-on y lire. D’une centaine de pages, le rapport émet des préconisations. Il s’agit, par exemple, de stimuler la recherche dans les champs de la météorologie, de la forêt, ou du stockage et de l’utilisation du bois, ou encore, déjà, de restructurer le foncier de la propriété forestière et de regrouper la gestion forestière.

Roger Lesbats doit être inhumé à Léon, les obsèques se tiennent le 3 septembre.

C. C./Forestopic

Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable.

Publicité